Sign in
Download Opera News App

 

 

Vie chère/ Élysée B. accuse : «Il y a une volonté de tous les acteurs de faire du profit à outrance»

La Nouvelle Chaîne Ivoirienne (NCI) a fait sien le débat actuellement en cours en Côte d’Ivoire sur la vie chère. Pour Élysée Bolougbeu, les responsabilités sont partagées, mais la volonté d’enrichissement des commerçants est flagrante.

Sur la question de la cherté de la vie, Élysée Bolougbeu pointe du doigt la responsabilité du citoyen – consommateur, celle de l’État qui ne plafonnerait qu'en théorie les prix, mais aussi et surtout la « mauvaise foi » des commerçants. Au niveau du vivrier par exemple, Élysée Bolougbeu part du principe que la levée de certains goulots d'étranglement n'a pas conduit à la baisse des prix. « Il y a 14 ans de cela, quand on devait quitter Daloa pour arriver à Abidjan, on n’avait pas moins de 20 à 25 barrages à faire (…) C’était des coûts exorbitants parce qu’à chaque barrage, il fallait payer. Mais il y a pratiquement 10 ans, ces barrages-là ont été tous supprimé », note-il.

Mais, pour lui, plutôt que de conduire à la baisse des prix, c'est plutôt l'effet contraire qui a été enregistré. « On constate encore qu’on est dans les mêmes, dans des proportions plus élevées des prix qui étaient moindres, mais qui aujourd'hui sont passés au double, au triple. (..) Il faut dire quelque part qu’il y a la question de la bonne foi qui est mise en cause parce qu'il y a une volonté manifeste de tous les acteurs de faire du profit, du profit à outrance de sorte que le plus grand perdant est ce consommateur qui lui n'a pas la possibilité de pouvoir faire une pression quelque part. Ça, c'est la réalité. Il faut le comprendre. Je peux me priver de loisirs parce que ça dépend de moi, mais je ne peux pas me priver de manger parce que ça, c’est un bien fondamental. Tout le monde en a besoin », a souligné le journaliste.

Le disant, Élysée Bolougbeu réfute l’argument du réchauffement climatique évoqué par certains commerçants sur le plateau. Pour lui, certains pays limitrophes de la Côte d'Ivoire subissent la même question climatique, mais ne subissent pas les mêmes pressions au niveau de la flambée des prix de leurs denrées alimentaires. C'est pourquoi, poursuit-il, chaque acteur doit jouer pleinement son rôle. « Il y a la responsabilité de nous-mêmes en tant que citoyen, mais de l’État également et de nous en tant que commerçant », a-t-il insisté.


Dégnimani Yéo

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

ivoirienne nci élysée b.

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires