Sign in
Download Opera News App

 

 

Guerre Ukraine/Russie: plusieurs personnes sont arrêtées

nouvelles de la BBC

Des centaines de personnes ont été arrêtées par les autorités alors que les manifestations contre la nouvelle "mobilisation partielle" de la Russie se poursuivent à travers le pays, a déclaré un groupe de défense des droits indépendant. OVD-Info a déclaré que 724 personnes ont été arrêtées dans 32 villes différentes samedi.

De nombreuses manifestations ont éclaté depuis que le président Vladimir Poutine a annoncé son intention de recruter 300 000 hommes pour combattre en Ukraine.

Les rassemblements non autorisés sont interdits par la loi russe. Mais la décision de M. Poutine d'enrôler des civils dans l'armée a déclenché des manifestations à grande échelle dans les zones urbaines, avec plus de 1 000 personnes arrêtées lors de manifestations plus tôt cette semaine.

À Moscou, l'agence de presse AFP a rapporté avoir vu une manifestante crier "nous ne sommes pas de la chair à canon" alors qu'elle était arrêtée par des policiers.Et à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville de Russie, un homme a déclaré aux journalistes : "Je ne veux pas faire la guerre pour Poutine".

Natalya Dubova, 70 ans, a déclaré à l'AFP qu'elle s'opposait à la guerre et a avoué qu'elle avait "peur que des jeunes" soient envoyés au front. Certaines des personnes arrêtées samedi ont déclaré s'être vu remettre des brouillons et avoir reçu l'ordre de se présenter aux centres de recrutement alors qu'elles étaient détenues par des agents de sécurité. Le Kremlin a défendu cette pratique plus tôt cette semaine, affirmant que "ce n'est pas contraire à la loi".

Moscou a également approuvé de nouvelles peines sévères pour les personnes accusées de manquement au devoir une fois rédigées. M. Poutine a signé samedi de nouveaux décrets imposant des peines allant jusqu'à 10 ans d'emprisonnement à tout soldat surpris en train de se rendre, de tenter de déserter l'armée ou de refuser de se battre.

Le président a également signé des ordonnances accordant la citoyenneté russe à tout ressortissant étranger qui s'engage à servir un an dans l'armée du pays. Le décret, qui, selon certains observateurs, montre à quel point la pénurie de troupes à Moscou est devenue grave, contourne l'exigence habituelle de cinq ans de résidence dans le pays.

La Russie révèle des exemptions alors que les hommes fuient l'appel

Que signifie l'appel militaire russe pour l'Ukraine ?

Poutine limoge le chef adjoint de la Défense en raison de ruptures d'approvisionnement

Ailleurs, d'autres jeunes Russes continuent de fuir la mobilisation en cherchant à quitter le pays. À la frontière avec la Géorgie, les files de voitures russes s'étendent sur plus de 30 km (18 miles) et le ministère de l'Intérieur a exhorté les gens à ne pas voyager. Les responsables russes locaux ont admis qu'il y avait eu un afflux important de voitures essayant de traverser - avec près de 2 500 véhicules attendant à un point de contrôle.

Cet aveu est un changement de ton de la part de la Russie, le Kremlin qualifiant de "faux" jeudi les informations faisant état de Russes fuyant la conscription. Pendant ce temps, la Finlande a également connu une forte augmentation du nombre de Russes cherchant à entrer dans le pays. Matti Pitkaniitty, porte-parole des gardes-frontières du pays, a déclaré que le nombre de Russes arrivant avait plus que doublé depuis la semaine dernière.

Vendredi, le gouvernement a annoncé son intention d'empêcher les touristes russes d'entrer dans le pays. "L'aspiration et l'objectif sont de réduire considérablement le nombre de personnes venant de Russie en Finlande", a déclaré le président Sauli Niinistö à la chaîne de télévision publique.

Plusieurs autres États voisins ont déjà exclu d'offrir l'asile aux Russes cherchant à éviter la conscription. "De nombreux Russes qui fuient maintenant la Russie à cause de la mobilisation acceptaient de tuer des Ukrainiens", a déclaré le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkēvičs. "Ils n'ont pas protesté alors. Il n'est pas juste de les considérer comme des objecteurs de conscience."

Vendredi, le Kremlin a révélé une foule d'occupations qui, selon lui, seront exemptées de la conscription visant à stimuler son effort de guerre en Ukraine. Les informaticiens, les banquiers et les journalistes travaillant pour les médias d'État échapperont à la "mobilisation partielle" annoncée mercredi par le président Poutine.

Mais certains ont mis en doute la véracité des affirmations du Kremlin, et des rapports ont fait état d'hommes russes qui ne répondent pas aux critères et qui ont été appelés par des agents de recrutement locaux. Margarita Simonyan, rédactrice en chef du média d'État RT, a publié sur Twitter une liste de citoyens âgés et handicapés sommés de se présenter au travail.

Content created and supplied by: JJeanPhilippe (via Opera News )

Russie Ukraine Vladimir Poutine

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires