Sign in
Download Opera News App

 

 

Coup d’État au Mali : un bras-de-fer entre la France et la Russie se profile à l'horizon !

Le Mali est devenu un terrain d’affrontement géostratégique entre la France et ses alliés d’un côté et de l’autre, la fédération de Russie qui entend bien consolider sa position nouvellement acquise dans ce pays et avec l’approbation bien affirmée des militaires et des populations.

Macron (à gauche) et Poutine vers une empoignade épique (Photos Web)

L’ambassadeur de Russie au Mali, Igor Anatolievich Gromyko a annoncé dans la foulée du coup d’État du lundi 26 mai 2021, « un accord de défense militaire pour la stabilité du Mali » qui viendrait renforcer en quelque sorte, l’accord cadre de juin 2019.

Le message est clair. La junte militaire qui fait l’objet d’une pression maximale orchestrée par Paris qui a rallié à cette cause, ses partenaires de l’Union européenne, les États-Unies et l’Organisation des nations Unies (Onu), avec ses ramifications pourra compter sur Moscou. Le message succinct de l’ambassadeur dit que l’accord additionnel a pour but d’assurer « la stabilité du Mali ». Jusqu’où ce soutien de la Russie pourrait bien aller. Il n’est secret pour personne. Le pays de Soundiata Kéité traverse en ce moment une mauvaise passe. Le pays sahélien est en butte avec des terroristes djihadistes. Les sanctions brandies par Paris et ses alliés pourraient être facteurs de troubles. Suite au coup d’État qui a renversé Ibrahim Boubacar Kéita (Ibk), il y a neuf mois, un blocus aérien et terrestre mis en place par les voisins du Mali, en particulier la Côte d’Ivoire l’avait pratiquement asphyxié. Si ces mêmes voisins, à l’instigation de la France remettaient le couvert, qu’en sera-t-il de la réaction de Moscou ?

Le chef de la junte, Assimi Goïta et les siens lorgnent vers Moscou

Il faut dire que coopération militaire entre la Russie et le Mali date du temps de l’Union des Républiques socialistes soviétiques (Urss). Cette coopération interrompue en 1991 avec l’effondrement du bloc soviétique a repris en 2019. A cet effet, la Russie et le Mali ont conclu, le 26 juin 2019 des accords de défense et de coopération militaire qui prévoient l’équipement par Moscou en matériel militaire, les Forces armées maliennes (Fama).

En réalité, la multiplicité d’acteurs sur le théâtre malien opère en trompe-l’œil. Le bras-de fer qui se dessine à l’horizon est celui entre la France et la Russie. L’affrontement est inéluctable au regard des enjeux. Non seulement, le Mali occupe une place géostratégique important pour le contrôle de toute la sous-région ouest-africaine avec ses immenses ressources, en plus et de sources concordantes, le Mali, pays d’apparence pauvre est quasiment assis sur une montagne d’or. Le pétrole, l’uranium, l’or, etc. tout ce qui fait la convoitise des pays puissants est enfoui sous les pieds des Maliens. Ces enjeux économiques et diplomatiques vont lourdement peser dans l’orientation que prendra la crise politique exacerbée par le putsch qui vient de renverser le général à la retraite, Bah N’Daw.

La rue bamakoise plébiscite Moscou, ici une manifestation devant l'ambassade de Russie

Comme on l’imagine, chacune de ces deux puissances engagera dans ce face-à-face tendu, tous ses moyens conventionnels ou les moins avouables ! La France a pour elle, le soutien inconditionnel de ses alliés européens, des Etats-Unis, de l’Organisation des Nations Unies (Onu) et des organisations régionales et sous régionales (Cedeao et Ua). En face, la Russie pourra compter sur l’opinion de la rue bamakoise qui lui est globalement favorable. Tout comme la majorité des populations de l’Afrique francophone, les Maliens reprochent à la France  ses relations ambiguës avec leur pays. Par ailleurs, l’opération Barkane conduit par Paris contre les « fous de Dieu » a donné des résultats très mitigés. Les terroristes ont même tendance à gagner du terrain.

Pour en revenu à Moscou, il est indéniable que le renforcement de sa présence est même souhaité par de nombreux Malien. Cela se voit à travers les défilés des populations devant l’ambassade de Russie, depuis ce dernier coup d’État. Le colonel Assimi Goïta et les siens pourraient bien tirer les marrons du feu, à travers ce mano à mano  qui s’annonce épique entre Français et Russes.

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

france ibk mali russie

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires