Sign in
Download Opera News App

 

 

Russie : découvrez ces missions de maintien de la paix engagées en Afrique

1. Sierra Leone (2000-2005)

Pendant 11 ans, de 1991 à 2002, cet État d'Afrique de l'Ouest a été le théâtre d’une guerre opposant les autorités centrales et le Front unifié révolutionnaire et dont le bilan est évalué à entre 50 000 et 300 000 victimes civiles. Elle s’est terminée par la création d’un gouvernement de coalition.

Vers la fin du conflit, les casques bleus de l’ONU y ont été envoyés pour surveiller le respect du cessez-le-feu. La Russie, y a fait parvenir un groupe d’hélicoptères Mi-24 et du personnel technique, une centaine d’hommes.


2. Soudan (2005-2012)

Après avoir obtenu son indépendance en 1956, le Soudan a vécu un demi-siècle (avec une court répit) de guerre civile entre le Nord arabe musulman et le Sud non arabe et chrétien. En 2005, les parties se sont mises à la table des négociations et ont arrêté l’effusion du sang, après quoi les forces de maintien de la paix de l’ONU y ont été envoyées.

La Russie a été représentée par des employés du ministère de l’Intérieur, un groupe de quatre hélicoptères Mi-8 et 120 militaires. Peu après que le Soudan du Sud a été internationalement reconnu en tant qu’État indépendant, les forces de la paix se sont retirées de la région.


3. Tchad et République centrafricaine (2008-2010)

De 2008 à 2010, un groupe d’aviation russe composé de 4 hélicoptères Mi-8 a pris part à la mission de paix au Tchad et en République centrafricaine qui s’étaient retrouvés au bord d’une catastrophe humanitaire suite aux actions de groupes armés locaux. Les pacificateurs russes se sont chargé du transport des frets et du personnel de l’ONU, mais aussi des opérations d’évacuation, des vols de recherche et de sauvetage et de ceux de surveillance. Ils ont en outre accordé une aide aux réfugiés, dont le nombre s’élevait à plus d’un demi-million.


Source : Russia Beyond

Content created and supplied by: Africanfr857 (via Opera News )

afrique russie sierra leone soudan soudan du sud

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires