Sign in
Download Opera News App

 

 

Gbagbo à l'image d'un arbre essuyant les jets de pierres de ceux qui consomment ses fruits

Un adage populaire bien connu des Ivoiriens dit en substance "qu'il n'y a pas de pistes qui conduisent à un arbre qui ne porte pas de fruits". En d'autres termes, cela signifie "qu'on ne lapide que les arbres qui produisent de bons ou de beaux fruits". Cette assertion est d'autant plus vraie et d'actualité que le président Laurent Gbagbo à l'image d'un arbre produisant des fruits succulents très bons à la consommation continue à être la cible des êtres humains, ou à tout le moins, de ses adversaires politiques qui lui lancent régulièrement des jets de pierres.

Et pourtant, que de services n'a-t-il pas rendu ? Que n'a-t-il pas donné comme fruits nourrissants à ces êtres humains ? Qu'est-ce que les adversaires politiques de Laurent Gbagbo qui lui en veulent aujourd'hui à mort, jusqu'à vouloir même lui interdire de fouler le sol de son pays, n'ont-ils pas bénéficié hier de l'ancien chef d'État ivoirien au moment où celui-ci était aux commandes de la République ? Difficile de comprendre les agissements et agitations que l'on observe autour de la question du retour en Côte d'Ivoire de l'ancien chef d'État ivoirien.

Blanchi et acquitté définitivement des charges qui lui êtaient imputées par les tenants du régime ivoirien, Laurent Gbagbo en homme libre, doit le plus logiquement du monde regagner son pays le 17 juin prochain quel qu'en soit le format de son retour en Côte d'Ivoire. Or à ce niveau, les adversaires politiques de l'ancien prisonnier de la Cour pénale internationale ne veulent lui accorder ni l'un ni l'autre.

À la limite, ils veulent déconseiller définitivement la destination Côte d'Ivoire au natif du village de Mama, dans la sous-préfecture de Ouragahio. Laurent Gbagbo comme un apatride? C'est vraiment désespérant et nauséeux cette façon de faire la politique en Afrique et principalement en Côte d'Ivoire.

P. L

Content created and supplied by: Pierre_Lemauvais (via Opera News )

laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires