Sign in
Download Opera News App

 

 

Opinion. Johnny P, Makosso, Zasso, voilà des transfuges qui suscitent la colère des jeunes du RHDP

L'histoire est un témoignage, dit-on. Cela ramène à dire que le rappel des faits qui se sont déroulés à un certain moment donné, est ce qu'on appelle retracer où revivre les souvenirs.

Le rappel des faits qui replonge dans l'histoire peut susciter une réaction de le colère ou produire l'effet contraire.

Le cas des jeunes du parti présidentiel, le Rassemblement des Houohouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), ressemble à la première situation.

Car en révisant le film de l'histoire de leur lutte politique, ils ne peuvent contenir leur colère face au mépris dont ils font l'objet de la part de leurs dirigeants aujourd'hui.

Ainsi, les jeunes du RHDP de Bouaké ayant jeté un regard sur leur lutte politique depuis le création du Rassemblement des Républicains (RDR), transformé en RHDP, sanctionnée par la victoire du parti, le mécontentement et le ras-le-bol ont fini par prendre le dessus sur leur mutisme.

Cette vive colère et la grogne de ceux-ci ont pour origine leurs mauvais traitements, contrairement aux transfuges auxquels aux soins desquels les responsables du parti sont chaque jour et auxquels ils réservent réservent tous les honneurs.

Ainsi ont-ils classé ces transfuges auxquels ils font allusion en deux catégories.

Il s'agit de ceux ayant abandonné la lutte du parti à un moment donné avant de revenir et ceux qui ont rejoint le parti sans avoir participé à aucun moment de la lutte.

Dans cette dernière catégorie, les cyberactivistes, Johnny Patcheko, le Général Makosso et Zasso Patrick, qui bénéficient de tous les honneurs, ont été nommément cités, comme les privilégiés des dirigeants du RHDP.

Voici leur cri de détresse publié le samedi 17 avril dans le quotidien Le Patriote et repris sur le compte Facebook de "Sercom sofas du RHDP" :

<< Un parti fort mais si la jeunesse du parti est délaissée méprisée et abandonnée au profit de ceux qui reviennent après l'avoir trahi.

Des ministres et des cadres du parti qui n'ont aucune légitimité sur le terrain de la mobilisation.

Des transfuges de l'opposition ( Zasso , Makosso, Jonhy Patcheko) qu'on nourrit, blanchi , traite avec tous les honneurs. Si la base est laissée pour contre.

Alors ca sera le chaos Total et la division dans le parti.>>

Ces transfuges indexés et désormais dans les collimateurs des jeunes sont-ils rattrapés par leurs passés. En football on utiliserait le terme de vidéo assistante à l'arbitrage (VAAR).

Les jeunes du RHDP qui ne supportent plus le sort dont ils sont victimes, se souviennent que ceux qui jouissent du fruit de leur lutte à leur détriment aujourd'hui, étaient ceux-là mêmes qui les combattaient sur tous les plans et constituaient les obstacles majeurs empêchant l'accès de leur parti au pouvoir.

Cet agissement des jeunes de Bouaké n'est pas loin d'être l'élément déclencheur d'un ras-le-bol et d'un mécontentement généralisés qui étaient jusqu'ici à l'étape des murmures dans presque les différentes bases du RHDP dans le pays.

Car, comme ils l'ont dit, il y a aussi ces cadres qui vont qui viennent. Mais qui sont toujours les lieux traités dans le parti.

Bassira.

Content created and supplied by: Bassira (via Opera News )

johnny p rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires