Sign in
Download Opera News App

 

 

Présence régulière de Ouattara en France; Paris, seule capitale en Europe autorisée à l'accueillir ?

Ce Vendredi 09 Avril, le chef de l'état Ivoirien, Alassane Ouattara, s'envolait pour la seconde fois en un mois pour la France, d'où il doit rallier le Congo-Brazzaville où il est attendu ce Vendredi 16 Avril, pour l'investiture de son homologue Congolais, Denis Sassou Nguesso, qui rempile pour un quatrième mandat, et ce après, 36 années cumulées de gestion du pouvoir d'état. 

Depuis sa réélection controversée le 31 Octobre dernier, Alassane Ouattara aura effectué au total 3 séjours en Hexagone, du 27 Novembre au 05 Décembre 2020, du 26 Février au 04 Mars 2021, et dernier séjour en date du 09 au 16 Avril 2021. 

Certes, la Côte d'Ivoire et la France revendiquent une longue tradition d'amitié, mais la fréquence des déplacements du dirigeant Ivoirien chez l'ex colonisateur, dénote de liens affectifs et politiques particuliers qu'il entretient avec son homologue, Emmanuel Macron. 

Les événements de ces 9 derniers mois, l'ont largement démontrés. La France est d'un appui incontournable dans la gestion du pouvoir d'état par Alassane Ouattara, tant de ce qui est de la politique intérieure, qu'à l'international. Pour se faire légitimer par la communauté internationale suite à sa réélection controversée pour un 3ème mandat, il a fallu que Paris fasse le premier pas et justifie ce mandat jugé inconstitutionnel par l'opposition Ivoirienne, pour que la communauté internationale s'aligne et assure le service minimum lors de son investiture, le 14 Décembre 2020 à Abidjan. 

Aucune autre capitale Européenne, ni Occidentale, n'a encore été visitée par le chef de l'état Ivoirien, depuis sa réélection contestée, là où Paris en a été gratifiée jusqu'à 3 reprises. Le constat est édifiant! 10 ans après la crise postélectorale de 2010-2011, la situation est d'une similitude frappante dans les rapports entre le pouvoir Ouattara et l'Elysée. 

C'est, l'on se souvient, depuis la capitale Française, qu'avaient été prises les grandes décisions qui ont permis l'installation du successeur de Laurent Gbagbo. N'eût été l'intervention in extremis et décisive de l'armée Française dans ce que l'on a appelé la bataille d'Abidjan, les forces fidèles à Laurent Gbagbo auraient probablement repris du terrain face aux rebelles venus du nord du pays. 

Les visages ont changés jusqu'à 3 fois à l'Elysée, mais la relation avec le régime de l'ex DGA du Fonds Monétaire International (FMI) est demeurée intacte.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara emmanuel macron europe france paris

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires