Sign in
Download Opera News App

 

 

Me Kouamé Koffi Athanase, Député PDCI de Bocanda : "une alliance FPI-PDCI sera circonstancielle, opportune, et non une alliance durable"

Maître Kouamé Koffi Athanase est Notaire et Député de Bocanda (centre de la Côte d'Ivoire). Dans cette interview qu'il nous a accordée, il se prononce sur le retour du Président Laurent Gbagbo et la probable alliance entre le Fpi et le Pdci-rda.

Qui est Maître Kouamé Koffi Athanase ?

Je suis Me Kouamé Koffi Athanase, originaire de Bocanda, né à Abengourou, de père et de mère originaires de Bocanda. Notaire depuis 2011, je suis entré en politique en 2017. Mes parents sont militants du Pdci. Mon père connu de tous pour son militantisme dans notre région a même été surnommé ‘’Pdci Kouadio’’ (rires ! )

Vous êtes Notaire, homme politique, Député Pdci du département de Bocanda. Comment arrivez-vous à mener à bien toutes ces tâches ?

En ma qualité de Notaire, Officier public ministériel, je suis avant tout un républicain. Je respecte les institutions de la République, parce que moi-même dépendant de la République, et exerçant une parcelle du pouvoir de la République. Le Notaire est délégataire du pouvoir de l’authentification des actes. Et donc le Notaire est avant tout un Républicain. Je respecte toutes les institutions de la République auxquelles je suis soumis. Aujourd’hui en tant que Député de la nation, je suis membre d’un organe du deuxième pouvoir de la République qui est l’Assemblée Nationale. Donc je demeure attaché aux valeurs républicaines.

Comment arrivez-vous alors à mener toutes ces tâches diversifiées ?

Toute personne a droit à une profession. Ma profession est celle de Notaire. Je suis un homme politique et non un politicien. Moi je préconise la politique du développement. Notamment la politique qui permet à ma communauté d’avancer, de connaître le progrès, de les aider au jour le jour, de les conseiller et leur faire part des lois que nous votons. C’est très important. Lorsque nous sommes choisis, c’est nous qui votons les lois, en tant que mandataire du peuple, en leur lieu et place, à l’hémicycle. Il nous incombe alors de leur faire un feed-back, leur faire part de ce que nous avons fait à l’Assemblée. Donc aujourd’hui en ma qualité de juriste, le rôle de Député me sied très bien, parce que j’ai la capacité de comprendre la teneur des lois et de les expliquer aisément à la population.

Justement, quelles sont les actions concrètes que vous comptez mener pour le développement de Bocanda ?

Il faut noter que le Député n’a pas un budget d’investissement. Il n’a que ses indemnités. Cependant, en tant que cadre de Bocanda, il m’était déjà donné, lorsque je n’étais pas encore Député, d’aider les parents, de financer les projets des jeunes, de faire des interventions médicales, sans donner de détails. Il m’est arrivé d’équiper le foyer des jeunes, des écoles, ce que je continue d’ailleurs. Et bientôt, nous les deux Députés feront construire trois écoles dans trois villages du département. Dès la rentrée prochaine, deux villages auront leurs écoles ouvertes ; et en cours d’année, le troisième village verra son école ouverte. J’essaie d’intervenir un peu partout dans toutes les sous-préfectures pour laisser un impact positif à ma communauté, à la population et à tout le département de Bocanda. 

Le Président Laurent Gbagbo est rentré en Côte d’Ivoire le jeudi 17 juin dernier. Selon vous, qu’est-ce que cela peut apporter à notre pays ?

Je signale d’emblée que je suis Pdci-Rda. Je suis Henri Konan Bédié qui est mon Président. J’attends donc l’organisation du congrès pour qu’on puisse mettre en place les conditions de désignation d’un candidat du Pdci-Rda aux élections présidentielles futures de 2025. L’arrivée du Président Gbagbo est bien perçue par l’ensemble de la population ivoirienne. Il est revenu dans son pays après un procès à la Haye qui l’a maintenu hors du pays pendant dix ans. Je pense que c’est une victoire du Fpi, sa formation politique, et de Laurent Gbagbo lui-même. Nous sommes heureux de le voir participer à la politique ivoirienne. Mais moi, je suis Pdci-Rda. Ma joie, sinon mon souhait, est que le Président Henri Konan Bédié reste encore longtemps en vie et qu’il soit notre Président de la République.

Que pensez-vous d’une probable alliance Fpi-Pdci pour les prochaines batailles électorales ?

Une alliance Pdci-Rda-Fpi-Eds ? C’est possible. Mais il faut constater que ce sont des idéologies placées aux antipodes. Le Pdci est un parti de centre-droite qui pratique l’économie sociale de marchés, pendant que le Fpi est un parti de gauche qui pratique le socialisme. Donc, une alliance idéologique est quasiment impossible entre ces deux entités. L’alliance des hommes est possible. Les hommes peuvent s’entendre et s’accorder pour mener une bataille ensemble. Mais ce sera une alliance circonstancielle, opportune, et non une alliance durable. Et après, il y aura des problèmes. Figurez-vous, il y a eu l’alliance Pdci-Rda-Rdr qui a volé en éclats après pratiquement huit ans. Je suis alors persuadé que cette alliance idéologique ne sera pas possible.

 Votre mot de fin ?

Je souhaiterais que le Pdci choisisse rapidement son candidat et qu’il y ait le congrès dans les mois à venir. De sorte qu’on puisse connaître le candidat du parti, le préparer et le présenter à la population pour aller aux élections 2025 et les gagner. Quand on est un parti politique, on va à la conquête du pouvoir pour l’exercer. Je souhaite que la paix règne en Côte d’Ivoire, et que rien ne vienne bouleverser la quiétude des Ivoiriens pour le fonctionnement normal des institutions de l’Etat. Je souhaite que nous allions aux élections de 2025 dans la paix et dans la sérénité pour le bonheur de chaque Ivoirien et le progrès pour tous.

Interview réalisée par MORRYS OUAYOU

Content created and supplied by: Sebastien_Levry (via Opera News )

Bocanda Koffi Athanase Kouamé Koffi Me Kouamé Notaire

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires