Sign in
Download Opera News App

 

 

Damana Pickass à propos du camp Affi : “Ils n'ont jamais cru que Gbagbo allait revenir”

Alors qu'il était l'invité spécial d'une cérémonie de célébration du retour du président Laurent Gbagbo à Songon M'Brathé ce vendredi 13 août 2021, le vice-président du Front Populaire Ivoirien proche de l'ancien chef de l'État Ivoirien, Damana Adia Pickass est revenu sur la crise au sein du parti de la Rose. En effet, l'époux de Simone Gbagbo, rentré en Côte d'Ivoire après dix ans d’exil, a décidé, lundi 9 août dernier, d'abandonner le Front Populaire Ivoirien, parti qu'il a créé dans la clandestinité en 1982, aux mains de son ancien premier ministre, Pascal Affi N'guessan, en vue de la création d'une nouvelle formation politique.

Pour ce proche de Laurent Gbagbo, le camp Pascal Affi N'guessan serait l'auteur de plusieurs manœuvres de manipulation dans l'objectif de passer pour la victime mais aussi pour “humilier” le Woody de Mama depuis son retour au bercail. D'ailleurs ce dernier est convaincu, à travers son analyse, que le camp Affi n'a jamais envisagé le retour du fondateur du FPI. « Vous avez fait des concessions publiques. Vous aviez dit que si le président Gbagbo revient, vous lui rendrez son parti. Mais le président est rentré, donne-lui. Il est rentré, il n'a même pas encore parlé. Il ne s'est même pas encore penché sur les problèmes du parti, vous ne lui avez même pas dit yako pour tout ce qu'il a souffert, enduré. Et vous commencez à l'attaquer. Le président est revenu. Il est allé voir son grand frère, le président Henri Konan Bédié, et ceux qui sont supposés être ses partisans, ils le descendent. Vous faites un communiqué dans lequel vous dites que le monsieur qui va à Daoukro n'est pas le président du FPI » a-t-il expliqué d'entrée.

Et poursuit-il : « Vous déposez une demande d'audience. Elle est enregistrée. Tout le monde sait que vous avez demandé audience. Le président décide d'ouvrir les consultations avec le parti parce qu'il va parler à la Nation mais il faut qu'il commence par le FPI. Il y a palabres dans la famille et il y en a qui sont restés fidèles, loyaux au président. Ceux-là, il décident de les recevoir d'abord, ce qui est normal. Il décide de convoquer toutes les instances réunies au sein du comité central. Ils ne savent même pas ce que le président allait dire au comité central. Ils sortent encore un autre communiqué : “Malgré la demande d'audience qu'on a déposé, M Laurent Gbagbo s'entête ” à convoquer le FPI alors qu'il n'est pas le président. Ah bon ? Toi tu peux dire à ton chef qu'il s'entête. On parle comme ça à son chef ? C'est que ce n'est plus son chef dans la réalité » a estimé Damana Pickass.

Et de conclure : « Ils ont manipulé une partie de l'opinion, des militants faisant croire que le président ne décide de rien, le secrétaire général ne le voit pas, c'est un groupe de personnes qui manœuvre pour s'accaparer le président. Ils ont fait cela pendant près de sept ans. Et un matin, on apprend la libération du Président. Mais je vous le dis, tout ce que les gens faisaient, c'est parce que eux-mêmes, ils n'ont jamais cru que le Président allait revenir (...) ».


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

damana adia pickass laurent gbagbo n'guessan simone gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires