Sign in
Download Opera News App

 

 

Isolé, Affi Nguessan vers la fin? ; Ce qui attend le leader du FPI en cas d'entrée au gouvernement

Au Front Populaire Ivoirien (FPI) version Affi Nguessan, la question d'une éventuelle entrée au gouvernement ou non, ne se pose pas. Dès la confirmation de l’intérimaire d’Hamed Bakayoko à la tête de la primature, ce Vendredi 26 Mars, soit deux semaines après la mort en Allemagne du successeur d’Amadou Gon Coulibaly, le président de la branche légale du FPI, a dans un langage suffisamment accessible, clarifié sa position quant à la nouvelle donne politique qui s’annonce en Côte d’ivoire. 

‘’Le président de la République, Alassane Ouattara vient de confirmer Achi Patrick au poste de Premier ministre. Je lui adresse toutes mes félicitations et mes vœux les plus sincères de succès. Il lui appartient désormais de relever les nombreux défis auxquels notre pays, la Côte d’ivoire est confronté, et en premier lieu, celui du dialogue politique et de la réconciliation. Le FPI soutiendra toutes les initiatives qui concourront à la cohésion nationale’’, a réagi l’ancien premier ministre de Laurent Gbagbo sur son compte Twitter. 

Le message est clair et sans ambiguïté. Le FPI de Pascal Affi Nguessan est disposé à travailler avec le régime en place, dont il contestait encore la légalité et la légitimité, 4 mois en arrière. La situation de Pascal Affi Nguessan est en effet d'une complexité dérangeante. 

Déterminé à participer aux législatives du 06 Mars avec le reste de l’opposition, excepté Générations et Peuples Solidaires (GPS) de Guillaume Soro, l'ex porte-parole du Conseil National de Transition (CNT) a dû s’écarter de l’alliance entre le PDCI-RDA de Henri Konan Bédié et la plateforme Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) de Laurent Gbagbo. Comme cela se préfigurait déjà, l’opposition électoraliste n’a pu se mettre d'accord pour une participation unique lors du scrutin législatif du 06 Mars. 

Pour affronter la bataille des législatives, Affi Nguessan y est allé avec l'UDPCI, du Dr Mabri Toikeusse. Mis en déroute et affaibli à l’issue de cette élection qui ne lui a octroyée que deux députés élus sous la bannière de son parti, Affi Nguessan semble se rendre à l’évidence : Avec l’opposition significative, c’est grillé ! Ni le PDCI-RDA, ni EDS ne sont enclins à composer avec lui. Sonné par le revers de son parti aux législatives, Affi Nguessan et les siens, sont à un tournant décisif de leur histoire. 

L'un ou l’autre des choix peut être difficile, et lourd de conséquences, mais il faut le faire, et courageusement. Soit Affi se jette dans les bras du régime qu’il vilipendait lors de la électorale, en s’inscrivant dans un schéma de collaboration qui le décrédibiliserait définitivement aux yeux des partisans de l’opposition ; Soit, il réfute toute idée de collaboration tant que les préalables posés dans le sens de la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés ne sont pas actés, et il passe pour un héros, sans être certain de réaliser pour autant son ambition présidentielle ou même de dissiper les dissensions avec ses alliés d'EDS. 

Visiblement, le député de Bongouanou sous-préfecture languit après la première option, qui risque de toute évidence de l'enterrer politiquement.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alassane ouattara fpi hamed bakayoko isolé pascal affi nguessan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires