Sign in
Download Opera News App

 

 

Adama Bictogo à Agboville : « Je n’oublierai jamais d’où je viens »

Le directeur exécutif du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Adama Bictogo, à l’instar de la majorité des candidats aux élections législatives du 06 mars prochain, a lancé sa campagne le samedi 27 février dernier à Agboville. Du haut de la tribune, face à une foule en liesse, l’ancien ministre de l’Intégration africaine a manifesté son attachement pour sa terre natale Agboville.

« Je suis né ici, j’ai grandi ici et je suis allé à l’école ici. Quand je suis donc à Agboville, ce n'est plus le directeur exécutif du Rhdp mais votre fils, votre frère, votre ami, votre parent... Je n'oublierai jamais d'où je viens. Quand je fais un pas en avant, je fais un pas en arrière. Vous êtes ma force », a-t-il déclaré.

Poursuivant, Adama Bictogo a fait comprendre à la population qui a effectué le déplacement de ne pas le voter lui, mais l’équipe qu’il constitue avec le Directeur général de l’Agence de gestion des routes (AGEROUTE), Dimba Pierre.

« Avec Dimba, nous sommes nés de famille modestes. Mais aujourd'hui c'est une grande compétence de la Côte d’Ivoire. Je ne veux donc pas que vous regardiez Adama Bictogo, mais regardez l'équipe. Je sais que dans vos cœurs et vos têtes vous avez déjà voté pour moi. Mais le 06 mars, les femmes, réveillez vos maris et vos enfants, prenez les à côté de vous et allez voter », a-t-il lancé.

Puis de promettre : « Moi je peux faire en 4 ans, ce que les autres ne peuvent pas faire en 10 ans. La semaine prochaine, j'entame la construction de 3 centres de santé à Erimankoudjé. J’ai offert une usine de manioc aux femmes et la construction a coûté 60 millions de FCFA. Ça, ce n'est pas l'argent du gouvernement, de la mairie, du conseil général. Moi je ne peux pas être député, ma vie ne changera pas. Mais je veux être député pour vous. Pour que votre vie change. »

Content created and supplied by: Pierre_Ephèse (via Opera News )

adama bictogo agboville rhdp tribune

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires