Sign in
Download Opera News App

 

 

Ça ne s’arrange pas pour l’armée française : le convoi à nouveau bloqué à Tera au Niger

La colonne qui avait connu moult déboires se croyait tirer d’affaire quand elle a pu s’extirper des barrages dressés par les jeunes burkinabè. Elle a été à nouveau empêchée d’avancer au niveau de la ville de Tera (région de Tillabéri à l’ouest du Niger) à environ 200 kilomètres de la capitale Niamey.Mission impossible pour l'armée française au Sahel (Photo Web)

Au moment où nous écrivons ces lignes, le convoi de militaires français fort d’une centaine de véhicules militaires et de porte-chars était encore bloqué à Tera par des jeunes en furie. Dans les vidéos qu’ils font circuler sur Internet, on entend distinctement des jeunes hurler « à bat la France, France dégage ».

De temps en temps, quelques coups de feu fusaient. Sûrement des tirs de sommation qui ne perturbaient cependant pas les jeunes qui avaient dressé un barrage fait de moyens du bord. Des briques, des planches et des pneus usagés.

Ici comme au Burkina Faso, les populations estiment que la présence des militaires français n’est d’aucune utilité, puisse que les djihadistes qu’ils sont censés combattre continuent les exactions sur les populations civiles et continent de massacrer les militaires.

Dans cette cohue, on entendait également des manifestants réclamer que leur pays noue des alliances plus utiles avec d’autres partenaires qui auraient une collaboration plus franche avec les populations et les autorités du pays.

Le Président français, Emmanuel Macron a annoncé, il y a quelques temps, le retrait imminent des militaires de l’opération Barkhane. Cette opération risque fort d’intervenir plus tôt que prévue. Au regard de l’hostilité grandissante des populations du sahel à la France et surtout que l’armée française est considérée par beaucoup comme une force d’occupation.

On imagine l’embarras de Paris qui constate par elle-même qu’elle aurait du mal à maintenir son armée dans une mission où elle n’est visiblement plus la bienvenue. D’un autre côté, le retrait ici et maintenant sonnerait comme une capitulation et adieu les intérêts français dont ces militaires sont garants, dans une bonne partie du continent.

La nature ayant horreur du vide, aussitôt partis que les forces françaises seront remplacés par les Russes, Chinois et Turques qui ne demandent que cela. L’histoire est en train de se réécrire sous nos yeux !

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

emmanuel macron niger sahel tera

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires