Sign in
Download Opera News App

 

 

Nostalgique, M.Laurent Gbagbo exprime ses souvenirs du 11 avril 2011.

À peine d'être acquitté totalement, M.Laurent Gbagbo exprime les moments forts de son arrestation et de son transfert à la Haye.

Les souvenirs de Laurent Gbagbo: "Les rebelles sont descendus: « On veut Gbagbo! » Je me suis levé : « C’est moi Gbagbo. » Ils m’ont saisi. J’ai reconnu Wattao. Il a dit : « Il ne faut pas le toucher. » […]

C’est Ouattara Morou qui m’a mis le gilet pare-balles, le casque. Je savais à partir de ce moment que tout pouvait m’arriver, à moi, à tous les miens… Ouattara Morou m’a poussé dans un véhicule qui a roulé à tombeau ouvert, et on est allés jusqu’à l’Hôtel du Golf. Là, on m’a fait attendre dans une pièce, j’ai vu d’autres prisonniers couchés à même le sol, puis on m’a mené au quatrième étage, dans une chambre, je crois la 468. Les barons du nouveau régime sont venus me voir : Soro, avec une petite casquette, Hamed Bakayoko. Pour quoi faire ? Pour savourer leur victoire. Ils sont restés une quinzaine de minutes, pas plus (…)

Ce jour-là, mardi 29, alors que l’interrogatoire a repris un magistrat se précipite dans la salle où nous nous trouvons et nous annonce que la CPI demande mon transfert à La Haye. Mes avocats objectent que seule la cour d’appel est habilitée à traiter d’une telle requête, et que si audience il doit y avoir elle doit se tenir au siège de cette cour à Abidjan. « Tous les magistrats de la cour d’appel sont là, nous rétorque-t-on, inutile d’aller à Abidjan ! (…) Mes avocats ivoiriens, ceux qui étaient présents, ont voulu s’exprimer. C’est à peine si les juges les ont écoutés. Mais ils ont été courageux, ils ont insisté et ont fini par faire résonner la voix du droit et de la raison. Cela n’a pas suffi (…)

Ça s’est passé comme ça, et ça n’a rien à voir avec le droit… ni avec rien de normal, d’ailleurs. On ne m’a même rien donné à manger de la journée… Après l’audience, les gardes m’ont emmené en me disant que je rentrais dans la maison où j’étais détenu, et que je pourrais revoir mes avocats le lendemain. Les avocats y ont cru ! (…) Dans la voiture de Kouakou Fofié, mon geôlier, qui me transportait, j’ai vu que nous dépassions la route de la maison. J’ai demandé où nous allions : « On ne s’arrête pas ? » Il m’a répondu : « Non, on va l’aéroport. Il n’est pas éclairé et votre avion doit partir avant la nuit, à 18 heures 30. » « Où est-ce que je vais ? » Il n’a pas eu le courage de me le dire. Il a dit : « Abidjan. » J’ai rigolé, ça j’avais compris. Il n’a pas osé répondre. Je crois qu’il a eu honte. En fait, nous sommes allés jusqu’à l’aéroport de Korhogo. Et de là, on m’a mis dans l’un des deux avions officiels de la présidence et direction La Haye.

Mes avocats ont su retourner complètement la situation. Mes adversaires croyaient avoir gagné et avoir utilisé la Cour pénale internationale à leur profit. Il apparaît désormais qu’ils ont tout à perdre à un procès. Parce qu’un procès révélera la vérité. Ils sont coincés. C’est là l’un des grands mérites d’Emmanuel Altit et de son équipe, avoir compris immédiatement quelle avait été la réalité sur le terrain et être parvenus à la donner à voir aux juges. Ils ont détruit la preuve du procureur. Désormais, tout le monde sait que les éléments présentés par le procureur au soutien de ses allégations ne résistent pas à l’analyse. Enfin, ils ont montré le parti pris du procureur qui va avec le vent que soufflent les grandes puissances"

Extrait du livre "Pour la vérité et la justice (éditions Max Milo) de Laurent Gbagbo et François Mattei.

Content created and supplied by: RamadanQuaresmaKoné (via Opera News )

cpi hamed bakayoko laurent gbagbo m.laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires