Sign in
Download Opera News App

 

 

Pourquoi Edith Gbalet était de nouveau devant le juge ce lundi, cinq jours après sa sortie de prison

«Comme exigé, je me suis rendue ce matin (lundi 3 mai 2021 : ndlr) au 8ème cabinet, voir le doyen des juges pour me faire signifier les clauses de ma mise sous contrôle judiciaire», informe Pulchérie Edith Gbalet, lundi 3 mai sur son compte Facebook. Libérée le 29 avril dernier après huit mois sous les verrous, la présidente d'Alternative citoyenne ivoirienne (ACI) doit en effet se conformer à certaines restrictions. Elle est interdite de sortir du territoire national, "sauf avec l'autorisation du juge". Édith Gbalet doit également se présenter au juge tous les mois, à compter du 3 mai. C'est donc en application de ses deux principales mesures qu'elle s'est rendue ce lundi matin au tribunal, pour le contrôle périodique. «Merci beaucoup au doyen des juges de me laisser la liberté d'expression», se réjoui Edith, en ajoutant que "la lutte continue". Sans doute prête à poursuivre son engagement politique, dans les rangs de l'opposition. 

Arrêtée puis incarcérée à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (MACA) en août 2020 après son appel à manifester contre un troisième mandat d'Alassane Ouattara, de nombreuses personnes et des organisations des droits de l'homme avaient réclamé sa libération dont Amnesty International. Édith Gbalet avait été inculpée notamment pour "incitation à la révolte, appel à une insurrection, trouble à l'ordre public, violences et voies de faits". 

Cette figure de la société civile ivoirienne bénéficie depuis fin avril d'une libération provisoire. Au lendemain de sa mise en liberté avec une cinquantaine d'autres prisonniers, elle a rendu visite aux membres de l'opposition dont Henri Konan Bédié, l'ancien chef de l'État et président du PDCI-RDA qui lui a témoigné son soutien durant les huit mois de détention.

Content created and supplied by: Fatogoma (via Opera News )

Edith Gbalet

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires