Sign in
Download Opera News App

 

 

10 octobre 2020 : il y a 1 an, pour dénoncer un 3è mandat, l'opposition se cognait la tête au Félicia

Il y a un an, se déroulait à Abidjan, l'un des événements déterminants dans la perspective de l'élection présidentielle du 31 octobre. L'opposition se dressait contre Alassane Ouattara au Félicia.

Le 6 août 2020, le président Alassane Ouattara profitait de son discours à la Nation pour informer l'opinion nationale et internationale de sa décision reconsidérée de porter la vision du RHDP à l’élection présidentielle d’octobre 2020. En réaction à ce rétropédalage, l'opposition avait multiplié les sorties, les marches. Pour tout dire, elle avait mis à exécution une désobéissance civile pour contester ce qui était alors appelé un 3e mandat d'Alassane Ouattara.

L’un des points culminants de cette fronde contre le viol présumé de la Constitution ivoirienne a été le grand meeting du 10 octobre 2020 qui s’est tenu au stade Félix Houphouët-Boigny. Objet de toutes les attentions, ce meeting symbolisait pour l’opposition une occasion pour démontrer la force de mobilisation de tous ceux qui s’insurgeaient contre la candidature d’Alassane Ouattara pour octobre 2020.

Cependant, à l’arrivée, la moisson fut maigre pour la classe politique de l’opposition ivoirienne amenée par le Henri Konan Bédié. En termes de mobilisation, l’opposition a clairement eu assez de mal à remplir le Félicia. Et pourtant, le RHDP, adversaire au pouvoir venait de relever le défi de cette mobilisation au même lieu le 22 août 2020, à la faveur de l’investiture de son candidat Alassane Ouattara.

C'est vrai, l'opposition ivoirienne avait dénoncé des manœuvres ayons consisté à empêcher le déplacement de ses partisans de leur logis respectifs vers le stade situé au Plateau.

Au-delà de la question de la mobilisation, d'autres désagréments ont pu être constatés. Ce sont par exemple les défis techniques que l'opposition n'a pas toujours réussi à relever. Certains discours ont été prononcés dans une atmosphère plus ou moins désagréable. On se rappellera encore du discours abondamment relayé, non sans sarcasme, de la représentante de GPS.

En terme de raté, on se rappellera également de cette voix soporifique du Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA Maurice Kakou Guikahué venant interrompre brusquement l’animateur de la cérémonie. C’était à un moment de la cérémonie où le président du PDCI n'avait pas encore prononcé son discours. Alors que le stade avait commencé à se vider, le Secrétaire Exécutif du vieux parti a manqué de recourir à des moyens plus discrets pour interpeller le maître de cérémonie afin que celui-ci annonce l’un des discours certainement les plus attendus. C’était avant tout, celui du chef de file de l’opposition.

Un an après, on se souvient de cette date historique pour l’opposition et aussi pour l’histoire politique de la Côte d’Ivoire. Le rôle de l'histoire en rappelant tout ces événements passés, souvent douloureux, n’est pas forcément comme le croyait Paul Valéry d’entretenir de veilles plaies. Non ! La mission de conscientisation de l'histoire consiste à trouver dans le passé des exemples à éviter et aussi et surtout des modèles à copier.


Dégnimani Yéo

Content created and supplied by: Dégnimani_Yéo (via Opera News )

alassane ouattara rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires