Sign in
Download Opera News App

 

 

Visite du Gbêkê à Gbagbo : On s'active à Bodokro

Comme annoncé dans la presse et sur les réseaux sociaux, les populations de la région du Gbêkê se préparent à rendre une visite de compassion au président Gbagbo, à Mama, son village natal. Une annonce qui ressemble à une reprise en écho de la ferveur créé par la dernière visite des populations wê au miraculé de la cour pénale internationale (CPI). Cependant aucun communiqué officiel et aucune date ne confirment cette information qui reste encore au stade de supputations. Même si une bonne partie des habitants de la zone concernée ne cache pas son enthousiasme à l'idée d'emboîter le pas à leur frère Wê, dans cet acte majeur de solidarité. "A Bodokro, nous n'avons pas de problème avec ça. Et nous n'attendons plus que la date. La Côte d'Ivoire est à un stade où il faut savoir mener les bonnes actions. Pour celui qui comprend ce que c'est que la réconciliation, au-delà des slogans hypocrites, les choses sont plus simples à comprendre. Les ivoiriens doivent se retrouver, parce qu'il y a des enjeux majeurs. On n'attend plus que la date" Affirme, N. Kouassi, cadre de la sous préfecture de Bodokro dont est originaire le ministre Amani Michel intiateur, dit on, de cette prochaine visite. La ferveur est, en effet, palpable. Et il s'agit surtout, pour les autochtones Baoulé qui digèrent encore très mal l'affaire Mangoua, de relever le défi de la mobilisation. Les tractations sont en cours et semblent même très avancées pour fixer la date de cette visite. D'ailleurs, aux dires de certains proches du ministre Amani, c'est le calendrier ultra chargé du président qui ferait traîner les choses.

Il faut rappeler que Bodokro, est la sous préfecture qui a offert,le premier et le seul député FPI du "V baoulé", au cours des législatives de 2001, en la personne d' Amani Michel, alors ministre de l'éducation nationale. Devoir de mémoire, devoir de reconnaissance?

Emmanuel Fofana

Content created and supplied by: Emmanuelfofana (via Opera News )

cpi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires