Sign in
Download Opera News App

 

 

Insécurité en Afrique de l'ouest: La Côte d’Ivoire entre djihadistes au Nord et mercenaires au Sud

Le ministre de la Défense Téné Birahima Ouattara à la rencontre des chefs militaires.


La Côte d’Ivoire serait-elle en passe de devenir le nouveau sanctuaire des terroristes et autres mercenaires ? Ce pays phare, locomotive économique de l'Afrique de l'ouest, jadis havre de paix et de tranquillité... est prise en tenaille. Le nord et le sud peut-être aussi l’ouest sont les cibles des attaques terroristes. Si certaines attaques sont revendiquées et d’autres non, toujours est-il que les ivoiriens s’interrogent sur les véritables mobiles de ses assauts répétés contre leur pays où aucun assaillant n'osait jamais s'aventurer, il trois décennies de cela.

Les forces spéciales ivoiriennes en opération de ratissage à Kafolo.


Dans la nuit du 10 au 11 juin 2020, une attaque cible l’armée nationale basée à Kafolo à la frontière nord avec le Burkina Faso. Surprises nuitamment, les Forces armées de Côte d’Ivoire (Faci) nouvelle appellation des anciennes Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) elle-même transfuge des Forces nouvelles (Fn) de l’ancienne rébellion du nord, subissent une lourde perte : 14 soldats ivoiriens sont tués. L’attaque n’est pas revendiquée mais le mode opératoire fait penser djihadistes, en tout cas elle est leur est attribuée. Le lundi 29 mars 2021, deux attaques simultanées ciblent les positions des Forces armées de Côte d’Ivoire (Faci), basées dans les localités de Kafolo et Téhini non loin de la ville de Ferkéssedougou. On déplore « un gendarme tué » au cours de ces deux attaques. Deux semaines plus tard, le 12 avril, un engin explosif improvisé (IED) explose, sans faire de victime, au passage d'un véhicule de la gendarmerie ivoirienne dans la même zone. Les experts de la question notent qu’il s'agit de « la première attaque de ce type sur le sol ivoirien ». Plus au sud, à Abidjan la capitale économique de Côte d’Ivoire. La base militaire qui abrite le 2e bataillon projetable situé à Anoukoua Kouté près de N'dotré dans la commune d’Anyama, fait l’objet d’attaque. Le bilan fait état de trois morts et un blessé du côté des assaillants et un soldat ivoirien blessé. Sur les documents trouvés sur les assaillants, l’Etat-major des armées de Côte d’Ivoire informe qu’il y a « un passeport et un permis de conduire du Liberia avaient été retrouvés sur deux des assaillants tués ». Dans le communiqué publié le 21 avril 2021 par le Général de Corps d’Armée Lassina Doumbia, Chef d’Etat-Major Général des Armées, il est fait mention de : « Un blessé léger côté ami ; Trois tués et un blessé fait prisonnier côté ennemi ainsi que de nombreux matériels saisis. » De passage sur les antennes de la télévision nationale, la gendarmerie informe que « au moins 12 personnes ont été interpellées » après l'attaque et que « Ces 12 présumés assaillants ont été interpellés suite à une enquête menée". Parlant de l’’identité des assaillants interpellées, le procureur militaire Ange Kessi Kouamé a cité « Bedel Rickens (Libéria), Kana Djimi (Libéria) et Gnepa Valentin (Ivoirien) ».

Le général Doumbia patron des armées ivoiriennes, rassure les populations.


Or dans ce même mois d’avril, nous écrivions sur la base d’informations reçues que des chancelleries occidentales, américaines et françaises en occurrence, basées à Abidjan ont multiplié ces derniers mois les alertes-sécurité à l’intention de leurs ressortissants. Des messages attribués au Chef d’Etat-Major Général des Armées dont fac-similé circule sur les réseaux sociaux et datant du même 20 avril 2021 - jour même de l’attaque du camp du 2eme Bataillon des Forces armées de Côte d’Ivoire (Faci) situé près du village d’Anonkoua Kouté – informent que « des rumeurs récurrentes et persistantes font état d’actions subversives sur l’ensemble du territoire national et en particulier dans les localités d’Abidjan, Dabou, San-Pedro et Tabou. » Informations qui ont amené les forces armées ivoiriennes à prendre des mesures sécuritaires adéquates. Lesquelles mesures parlent de « renforcer les dispositifs mixtes aux frontières » ; « de disposer de réserves d’intervention quotidienne dans chacune des emprises » ; « tenir fermement vos positions », etc. Ce qui est sûr, les Forces armées de Côte d’Ivoire (Faci) sont prêtes à parer à toutes velléités d’où qu’elles viennent et par conséquent elles « invitent les populations à garder toute leur sérénité et à vaquer tranquillement à leurs occupations. ». Le 21 avril dernier le gouvernement américain mettait conseillait la prudence aux citoyens américains en Côte d’Ivoire contre quatre choses. A savoir « le Covid-19, les violences dues à la recrudescence du grand banditisme, les risques de manifestations violentes et les risques terroristes ».

Alassane Ouattara Chef de l'État passe en revue son armée.


Haity

Content created and supplied by: Haity (via Opera News )

afrique de l'ouest ivoire mercenaires

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires