Sign in
Download Opera News App

 

 

FPI : La dérive du Navire GBAGBO ?

Bloqué depuis son déportement (qui aurait cru qu’on emploierait le terme ‘’déportement’’ au 21ème siècle encore) à la HAYE, Gbagbo Laurent est resté absent physiquement de la Côte d’Ivoire mais ses partisans sont restés actifs. Tellement actifs au point où zèle et ardeur ont commencé à empoisonner le parti créé pour mettre fin au système du parti unique. Quand un père n’est pas à la maison, il confie à sa femme de prendre soin de ses enfants et à l’ainé de veiller à la sécurité des siens. Et la consigne générale très souvent est : ''gardez-vous et soyez sages, je reviens bientôt !''.

Avec le FPI, la dernière séquence de la consigne, « je reviens bientôt ! », est devenue le point angulaire d’une jungle instaurée par certains dinosaures du Parti qui circulent dans les couloirs de la maison. Où en est le FPI aujourd’hui ? Quand est-ce que le parti retrouvera son unité ?  

Aujourd’hui c’est clair, il y a plusieurs tendances dans un FPI qui semble tanguer dans des eaux tumultueuses d’une opposition très fragilisée. Mes amis, dites-moi, à la lecture de cet article, si le FPI ressemble plus à un serpent à plusieurs têtes ou bien à une tête à plusieurs serpents ? J’attends vos commentaires. Mais bien avant, présentons la situation.

Le FPI dit ‘’OFFICIEL’’ : Dirigé par AFFI N’GUESSAN, qui est le représentant légal selon les autorités ivoiriennes mais qui peine à rassembler autour de lui (les dernières échéances législatives sont une preuve criarde d’un échec cuisant de sa politique terrain soit seulement 2 postes sur toute l’étendue du territoire national) peut-être parce qu’il a une attitude de résiliation qui choque son entourage ou bien que ses actes sont plus démocrates que socialistes. S’éloigne-t-il des valeurs du FPI d’origine ? À en croire ses détracteurs, c’est bien le cas. AFFI a tourné le dos au FPI originel depuis la déportation de son mentor et se crée un univers de combines avec les autorités en place, narguant même ses alliés d’hier. Ses appels donc à la cohésion du parti s’entendent souvent comme un appel au ralliement de sa cause personnelle à laquelle n’adhère pas bon nombre de ses ex-camarades.

Le FPI dit des ‘’GBAGBO A DIT’’ : tenu par ASSOA ADOU, et son lot de cadres dont ceux des premiers rangs sont des transfuges du PIT à l’image de AKOUN LAURENT. Ce groupe tient en haleine une bonne partie des dénommés ‘’GOR’’ (Gbagbo Ou Rien) et se servent du patronyme ‘’GBAGBO’’ comme fonds de commerce à en croire la vente de nombreux pagnes sur le retour imminent de Gbagbo qui, jusque-là, croupit encore en Europe sous l’aile de NADY BAMBA et tenu par des obligations liées à son procès interminable aux différents rebondissements qui se font aux grés de la Juridiction la plus populaire du monde, j’ai nommé : La CPI (Cour Pénale Internationale). Des levées de fonds dans ce groupe sont régulièrement faites pour mobiliser des ressources afin d'accueillir un Gbagbo toujours dans les mailles d’une volonté obscure juridico-politique, OTAGE de tous mais surtout de lui-même. Son nom le dépasse au point où, même si ça ne lui plaît pas, il devra assumer, jusqu’à ce qu’il sorte d’un réel mutisme décennal, les dires et les actes de ses colporteurs. Dans ce groupe, faire entorse aux textes pour surfer sur des élucubrations aux desseins inavoués est devenu monnaie courante. Combien de fois, une violation flagrante des textes du parti n’a-t-elle pas été au menu de leurs actions politiques internes comme externes ? « Mais, comme ‘’GBAGBO A DIT’’, on fait avec ». Cela, au grand damne d’un troisième groupe.

Le FPI dit des ‘’CACIQUES’’ (à suivre dans le prochain article)

Suivez-nous, partagez mais surtout, commentez !

Content created and supplied by: OtentiqAfrique (via Opera News )

fpi gbagbo laurent

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires