Sign in
Download Opera News App

 

 

Pulchérie Édith Gbalet : "Je n'en veux pas à ceux qui ont contribué à ma détention"

Mdi0806210800

Pulchérie Edith Gbalet, présidente de Action Citoyenne Ivoirienne (ACI)

Pulchérie Édith Gbalet, présidente de l'ONG Action Citoyenne Ivoirienne était l'invité du Talk de Life ce Lundi soir où elle s'est prêtée aux questions de Brice Anoh et de ses chroniqueurs. L'ex prisonnière qui semble avoir conservé toute sa fraîcheur malgré huit mois d'incarcération dit n'avoir aucune rancune mais n'a pour autant point faibli dans sa détermination à toujours mené le combat de ses convictions. "Je n'en veux pas du tout à ceux qui ont contribué à ma détention, parce que nous luttons pour l'existence d'un État de droit et nous avons estimé avoir usé d'un droit normal de la liberté d'expression, et si pour cela on a été emprisonnée, pour nous c'était la preuve de ce que nous dénonçions avant notre détention, parce que avant cela on disait qu'on était sous une dictature, on disait que c'était un peu dure mais avec notre arrestation il y a une preuve de plus de plus qu'on était pas dans un État de droit. Donc je ne leur en veux pas du tout. Il y a toujours des avantages à toutes les situations" a t-elle sereinement annoncé.

À écouter Pulchérie Gbalet, son combat ou action n'était dirigé contre personne mais répondait simplement à des valeurs dans lesquelles elle croit et pour lesquelles elle serait prête à récidiver si les circonstances de "violation de notre constitution" se répétait. "J'ai dit que j'étais prête à le refaire parce que c'est par rapport à nos convictions que nous agissons. C'est des principes que nous defendions. (...) Quel que soit le contexte, dès que la constitution est violée on est en droit de réagir" a t-elle martelé.

La fondatrice du forum des organisations de la société civile ivoirienne a aussi tenu a préciser la position de l'ACI qui n'est inféodée à aucun bord politique " c'est une alternative citoyenne que nous avions voulu proposer aux politiques. Donc nous nous situons dans la société civile mais nous n'avons pas peur d'aborder des sujets politiques". Elle a aussi insisté sur le fait de n'avoir pas eu le sentiment d'avoir été "instrumentalisée" par les politiques qui selon elle "pensent toujours que toutes les initiatives doivent être coachées par eux".

Concernant la procédure à son encontre celle qui avant son incarcération émergeait au Bnetd, a expliqué être astreinte à une interdiction de sortir du pays et à une obligation de se présenter au greffe tous les mois. Selon ses propres termes, elle dit être en attente de son procès contrairement à trois de ses compagnons qui pour le moment bénéficient d'un non-lieu partiel.

Rappelons que Pulchérie Édith Gbalet avait été arrêtée dans la nuit du 15 au 16 Août 2020 après avoir appelé à des manifestations pacifiques contre le troisième mandat consécutif du président Alassane Ouattara. Depuis le Mercredi 28 Avril, elle bénéficie d'une liberté conditionnelle.

SRANKPAWA BOUAKE Mdi0806210800

Photo: SB

Abonne toi "+ Suivre", Partage, Commente et mets un like

Content created and supplied by: SRANKPA (via Opera News )

brice anoh edith gbalet

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires