Sign in
Download Opera News App

 

 

Braquage de la BCEAO - D. Pikass : " Katinan n'a rien fait"


Ce weekend, une forte délégation des cadres proches du président Gbagbo était à Arikokaha, village de la préfecture de Niakara, ville située à 50 kilomètres, au sud de Korhogo. Elle accompagnait, en effet, Koné Katinan qui retournait sur sa terre natale après dix ans d'exil au Ghana. Et comme s'y prêtent ce genres de circonstances, les hommages n'ont pas manqué. Hubert Oulaye, Damana Pikass et les autres compagnons d'infortune ont salué la perspicacité et la droiture du "digne fils d'arikokaha". " Population d'arikokaha, vous avez eu raison de soutenir votre fils parce qu'il est et demeure un fils digne. Monsieur le ministre Katinan,si tu vois toutes ces populations se réjouir, c'est parce que tu es resté toi-même. Tu as marché comme ils t'ont appris." A lancé Damana Pikass à l'endroit de son compagnon de galère. Profitant de la même occasion pour rétablir certaines vérités. "Rester attaché à ses principes, ça un prix. Et Katinan l'a payé cache. On l'a pourchassé partout parcequ'on l'accusait d'avoir dévalisé la BCEAO. Il a été arrêté et jeté en prison, au Ghana. Mais comme tôt ou tard on nous blanchit toujours. Il a été blanchi parce-qu' il n'a rien fait." A -t- il révélé avant de saluer la fidélité de son compagnon à ses principes. " Lorsqu'un leader revient de prison, d'exil, le plus important, ce n'est pas le retour ou la libération, mais qui revient ou qui est libéré. Sa démarche et son discours sont ils restés les mêmes ? C'est cela la vraie question. Votre fils n'a pas changé. Et vous pouvez être fier de Lui." Sans doute, une pierre jetée dans le jardin du frère ennemi du moment.

Au total, c'était une belle cérémonie qui a mobilisé, en plus des populations, tous les courants politiques du pays, dans un esprit de réconciliation avec la présence du maire de Niakara que les hôtes n'ont pas manqué de saluer. Une ambiance qui a permis à Damana Pikass de lancer un appel à la concertation. " Les élections sont terminées depuis 2020 avec tout ce qu'il s'est passé. Les prochaines échéances, c'est 2025. Entre les deux élections on doit se parler pour régler tout ce qui nous oppose. Les élections ne sont pas forcément un temps de folie."

Espérons juste que l'appel soit entendu.

Emmanuel Fofana

Content created and supplied by: Emmanuelfofana (via Opera News )

bceao d. pikass damana pikass ghana hubert oulaye

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires