Sign in
Download Opera News App

 

 

Union des cadres du Nord / Le CPR, parti de Doumbia Major dit niet : voici les raisons

© Doumbia Major, Ph d'archives

Le Congrès panafricain pour le renouveau (CPR), formation politique dirigée par Soumaïla Doumbia alias Doumbia Major (membre de la Commission centrale de la Commission électorale indépendante (CEI), s'est exprimé relativement à la création de l'Union des élus et cadres du grand nord (UGN), une association portée sur les fonts baptismaux, le samedi 13 novembre dernier à l'issue d' une assemblée générale constitutive tenue à Korhogo.

Selon ce communiqué signé de M , président par intérim, Adingra Kouassi Pauli, rendu public ce mercredi 17 septembre 2021, le CPR n'a pas manqué d'afficher son inquiétude face à ce projet qui apparaît comme un repli identitaire, à l’image du concept de « l’ivoirité », et est à l’origine de plusieurs crises socio-politiques en Côte d’Ivoire. D'ailleurs pour le parti de Doumbia Major, le rôle du développement de cette région ne devrait pas revenir aux cadres mais plutôt à l'État Ivoirien.

© Adingra Kouassi Pauli

C'est pourquoi, « tout en rappelant que la mise en place d'associations politiques, à caractère religieux, communautaire et tribal est interdite par l'article 13 de notre constitution, le CPR regrette la naissance d'une telle organisation dans le temps et dans le contexte politique actuel que traverse notre pays ».

« Cette association, pour le CPR, est malvenue dans un contexte d’après crise, avec un paysage politique nationale, déjà délétère. Là où, l’heure est au rassemblement de tous les fils et filles de la Côte d’Ivoire, sans exclusion, pour une véritable unité nationale, le CPR voudrait indiquer que le pays n'a pas besoin de supra-mutuelle régionale à caractère tribal fondée sur des caractéristiques parfois cumulatives liées à des communautés de traits culturels, de provenance géographique, de communauté de langues, d'origines ou de religions », ajoute M Adingra Kouassi.

© Doumbia Major (2è de g à d) et ses camarades disent "non" à l'UNG, Ph d'archives

« Le CPR attend de voir l'UGN à l’œuvre loin de toutes les chapelles politiques conformément aux déclarations de ses initiateurs, pour en juger. Le CPR se réserve ainsi le droit de dénoncer tout fait ou acte susceptible de porter atteinte à l'unité nationale et à la cohésion sociale », a-t-il conclu.

Sous la houlette de son président Abou Gbané, l'UGN, rappelons-le, s'est engagée à assurer l'autonomisation des femmes ; lutter contre la pauvreté ; améliorer l'éducation et la formation ; préserver l'environnement et mettre en place un plan stratégique de développement.


Yannick_LAHOUA

Content created and supplied by: Yannick_LAHOUA (via Opera News )

Adingra Kouassi Pauli Doumbia Major Ph Soumaïla Doumbia

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires