Sign in
Download Opera News App

 

 

Présidentielle 2025 : Téné Birahima, RHDP, Soro, Bédié, Gbagbo...le président Ouattara dit ses vérités

Le président de la République s’est exprimé, pour la première fois après son élection, sur l’actualité sociopolitique dans la dernière parution du confrère Jeune Afrique. Alassane Ouattara a levé un coin de voile sur, entre autres, ses intentions politiques, la vie de son parti, ses relations avec Gbagbo et Bédié.

Le président Alassane Ouattara à cœur ouvert, pourrait-on dire ! Près d’un an après sa réélection à la tête du pays, le chef de l’Etat s’est confié à Jeune Afrique relativement à des sujets d’intérêt national. En ce qui concerne l’ex-prisonnier de Scheveningen, le président a affirmé qu’il était évident qu’après son procès à la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo rentre en Côte d’Ivoire. « Nous avons organisé son retour, les choses se sont bien passées et nous nous sommes rencontrés. C’était un entretien fraternel et amical. Laurent Gbagbo est un acteur majeur de la vie politique de notre pays mais aussi un ancien président. J’ai donc donné des instructions pour qu’il reçoive tous les avantages et toutes les considérations dus à son rang», a-t-il déclaré. Et d’ajouter ne pas le juger sur la sincérité de ses initiatives parce que ses actes parleront pour lui. « Nous avons désormais de bonnes relations, des relations normales, et nous échangeons souvent au téléphone», a-t-il renchéri.

Quid du président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire alors ? « C’est la même chose. Je l’ai eu récemment au téléphone, à l’occasion d’un deuil qui a frappé sa famille. Je considère qu’en ce qui concerne les trois grands leaders politiques de ce pays, comme les gens disent – et si je suis inclus dans ce trio –, les choses se passent bien. Nous devons d’ailleurs nous voir dans un avenir proche afin d’échanger sur les défis que la Côte d’Ivoire se doit de relever», a-t-il indiqué avant de marquer sa surprise face à l’alliance de ses deux rivaux. Et pour cause, ils n’ont pas la même idéologie politique : Laurent Gbagbo est un socialiste et Henri Konan Bédié, un libéral centriste… « Je peine à imaginer les contours du programme qu’ils pourraient proposer ensemble aux Ivoiriens !», a-t-il fait remarquer. Entre outre, de l'avis du président du RHDP, la constitution doit être impersonnelle, car " la question, ce n’est pas Ouattara, Bédié ou Gbagbo''.

En ce qui concerne ses ambitions pour la présidentielle de 2025, Alassane Ouattara s’est voulu très clair : « J’ai été réélu il y a moins d’un an. Ma préoccupation immédiate, c’est de travailler au service de mes compatriotes. Pour 2025, je prendrai la décision appropriée le moment venu. Cela dit, ma position est connue, puisque je l’avais exprimé en mars 2020...»

Le président de Générations et peuples Solidaires, en exil en Europe, n’a pas été oublié. « Je n’ai rien à dire de particulier sur le cas de Guillaume Soro. Ce dossier n’est pas à mon niveau, mais entre les mains de la justice. Les faits qui lui sont reprochés sont d’une extrême gravité et il a été l’objet d’une condamnation à perpétuité, mais il peut évidemment rentrer et faire face à la justice», a-t-il coupé court.

Quant à son frère Téné Birahima, le président Ouattara pane qu’ « Il fait du très bon travail et n’est pas intéressé par autre chose que les responsabilités que je lui confie. Il n’y a pas matière à débat».

Au chapitre du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix ( RHDP), il est conscient d’être dans une configuration nouvelle. Toutefois, selon lui, la démocratie doit jouer pleinement son rôle au sein du RHDP, qui désignera son candidat lors de la future présidentielle. « Je ne sais pas. Le RHDP devra décider quelle est la meilleure manière de procéder, mais il faut que ce soit un choix démocratique, comme celui qui m’a amené à accepter d’être candidat », a-t-il ajouté tout en reconnaissant que la situation n’est plus la même.

« Comment pourrait-il en être autrement ? Fort heureusement, les élections sont derrière nous et nous traversons maintenant une période creuse. Nous avons besoin d’une véritable restructuration du RHDP. J’ai mis en place un comité présidé par le ministre d’État Gilbert Kafana Koné, qui doit nous faire des propositions avant la fin de l’année. Soyons franc : pas totalement encore. Certains continuent de raisonner par rapport à leur formation d’origine. Le RHDP doit devenir une union de partis qui existe par elle-même et ne plus être un rassemblement d’anciens mouvements. Ceci étant dit, le RHDP est tout de même une formation forte, la plus grande de Côte d’Ivoire, avec 60 % des députés et trois quart des sénateurs. Elle est la seule qui soit implantée dans l’ensemble du territoire, dans toutes les régions, tous les départements, communes ou villages, et elle réunit des citoyens de tous bords», a-t-il expliqué.

Revenant sur la dernière présidentielle, le chef de l’Etat a dit être profondément choqué et gardé un goût amer des événements qui en ont résulté. A ses dires, l’élection a été entachée de graves incidents après que certains « responsables » de l’opposition ont appelé à la désobéissance civile et tenté de faire prospérer l’idée d’une transition qui n’aurait eu ni base légale ni légitimité.

« Ces personnes savaient pertinemment que j’étais éligible à un nouveau mandat et que j’avais initialement décidé de me retirer. Cette malhonnêteté intellectuelle m’a profondément déçu. Comment de hauts responsables, dont certains ont géré la Côte d’Ivoire, peuvent-ils décider d’organiser le boycott des élections et appeler à des actions qui ont conduit à des violences et à des morts ? Une commission d’enquête a été mise en place. Les résultats seront rendus publics et des sanctions seront prises...», a-t-il fait remarquer.

Par ailleurs, il s’est réjoui de la sortie du pays d’un cycle électoral complet, avec la présidentielle d’octobre 2020 et les législatives de mars 2021, auxquelles l’opposition a pris part. « Nous avons désormais une Assemblée nationale plurielle, où sont représentés tous les partis significatifs de notre pays. C’est la première fois depuis plus de vingt ans», a-t-il conclu.


Franck K

Content created and supplied by: Franck_K (via Opera News )

alassane ouattara laurent gbagbo président ouattara présidentielle 2025 rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires