Sign in
Download Opera News App

 

 

"Procès Sankara" : un journal panafricain fait des révélations sur l’absence de Blaise Compaoré au tribunal militaire

Le procès des assassins présumés de l'ancien Président et patron de la révolution Burkinabè Thomas Sankara, tué le 15 octobre 1987 dans l’enceinte du Conseil de l’entente lors d'un coup d'État, a repris lundi 25 octobre à Ouagadougou. Ouvert le 11 octobre dernier devant un tribunal militaire, ce procès a été suspendu pour deux semaines à la demande des avocats de la défense commis d'office, qui ont souhaité un peu plus de temps pour pouvoir éplucher quelques  « 20.000 pièces du dossier ».

Douze accusés sur quatorze étaient présents ce lundi à la reprise du procès, dont le général Gilbert Diendéré âgé de 61 ans, et l’un des chefs de l'armée lors du putsch de 1987. Toutefois, l’ombre de l’ancien Président Blaise Compaoré continue de planer sur ce procès. Après ce coup d’Etat qui l’a porté au pouvoir pendant presque trois décennies (27 ans), Blaise Compaoré a été chassé du pouvoir par un soulèvement populaire en 2014.

Exilé en Côte d’Ivoire depuis son départ du pouvoir, Jeune Afrique dans une parution de ce jour 25 octobre 2021 a fait quelques révélations qui pourraient justifier l’absence de l’ex Président à ce procès. Rapportant les propos de l’un de ses proches, JA affirme que l’ex Président agé de 70 ans, se «porte plutôt bien physiquement, mais sa tête a commencé à le ‘’lâcher’’ » et ce fidèle d’ajouter que « ses propos manquent de cohérence, il a parfois des absences».

 En clair, il tiendrait une discussion normale avant d’en perdre le fil quelques instants après, aurait confié une source bien informée à Ouagadougou. Le journal panafricain d’ajouter en citant toujours une source qui compterait parmi ses proches « Il a beaucoup de trous de mémoire. C’est sûrement la vraie raison de son absence à ce procès. Il n’aurait pas pu comparaître devant la cour : il aurait été humilié » aurait confié cette source. L’un des avocats commis d’office à la défense des accusés aurait également renchérit « Quelqu’un dans cet état ne peut pas être jugé dans un tel procès. Il est incapable d’être interrogé ».

Le procès devrait donc se poursuivre en l’absence de l’ex homme fort de Ouagadougou au grand damne des parents des victimes.

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

blaise compaoré ouagadougou procès sankara thomas sankara

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires