Sign in
Download Opera News App

 

 

Formation du Gouvernement Ivoirien: qui sera ministre RHDP ?

Quel ministre RHDP dans le nouveau gouvernement ?

Dans les jours qui viennent, la Côte d’Ivoire va connaître son nouveau gouvernement. Pour bon nombre d’observateurs, la dernière élection législative du 6 mars 2021 sera un facteur déterminant dans le choix de ces ministres. Nous vous invitons à apprécier cette analyse réalisée au lendemain de l'élection législative du 6 mars 2021 et suggestion dans le cadre de la formation du nouveau gouvernement pour le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et pour la Paix (RHDP)


1- LES CAUSES DE LA DÉBÂCLE DU RHDP DANS LE V BAOULÉ

Plusieurs causes pourraient justifier la débâcle du RHDP dans le V baoulé

• Le contexte de l’élection présidentielle d’octobre 2020. Les mots d’ordre de désobéissance civile et de boycott du scrutin lancés par l’opposition ont eu une incidence certaine sur le déroulement des élections législatives, particulièrement dans le V baoulé. A la vérité, les populations locales ont accumulé des rancœurs consécutives au contentieux non totalement évacué des conflits intercommunautaires qui ont cours. De fait, le RHDP a subi une atmosphère défavorable, face à une certaine population qui a activement participé aux actes de défiance de l’autorité de l’État et qui était naturellement hostile à l’implantation du parti présidentiel.

• La psychologie de l’électorat local. L’électorat du V baoulé est foncièrement rural. A ce titre, son niveau de compréhension de la chose politique réside dans une forme d’attachement à la tradition incarnée par les chefs coutumiers qui en sont les garants. Aussi, dans la structuration de la hiérarchie de l’autorité du peuple baoulé, la perception de Henri Konan Bédié comme le chef suprême induit le respect de cette population à toutes les décisions qu’il prend au nom de la préservation de la communauté. Mieux, pour cet électorat, le PDCI-RDA est appréhendé non pas comme un parti politique mais comme le prolongement de l’héritage traditionnel.

• L’absence de Jeannot Ahoussou Kouadio.

Il est clair que face au leadership d’Henri Konan Bédié, il faille impérativement opposer un autre homme fort susceptible de remettre en question son autorité. Jeannot Ahoussou Kouadio incarne ce nouveau leadership par sa capacité à fédérer autour de sa personne une frange importante de la chefferie traditionnelle et par l’attachement que lui vouent les populations des zones placées sous son égide. Nul ne doute que sa présence sur le terrain aurait immanquablement réduit l’impact de la désobéissance civile sur le déroulement de l’élection présidentielle du 30 octobre 2020 et facilité de meilleurs résultats aux élections législatives du 6 mars 2021 pour les candidats du RHDP.

• La mauvaise approche électorale de certains candidats du Parti.

Certains candidats sont restés dans le confort de leurs fonctions de membres de gouvernement pour ne pas véritablement s’investir dans la campagne électorale des élections législatives. D’autres, par contre, ont perçu leur positionnement d’élu local comme un acquis qui ne justifiait aucun effort supplémentaire. Dans les deux cas de figure cette attitude, qui détruit la nécessaire action de proximité que les candidats doivent aux électeurs, a produit le vote-sanction constaté dans les urnes. Ce fut notamment le cas du ministre Brice Kouassi qui n’a parcouru qu’une quinzaine de villages sur les 143 que comptent la circonscription électorale. A rebours, le candidat Assohoré Jacques a su, quant à lui, établir un véritable quadrillage des localités inscrites dans sa circonscription électorale avec les résultats probants qui ont pu être enregistrés.

2- PROPOSITIONS DE PERSONNALITES

Les présentes propositions tiennent non seulement compte de l’ancrage des personnalités dans les territoires concernés mais également de l’analyse des résultats obtenus au cours des élections législatives du 6 mars 2021. Une classification est ici faite selon que lesdites personnalités se maintiennent ou sortent du gouvernement. En outre, de nouvelles personnalités sont proposées pour renforcer l’équipe gouvernementale.

2-1- Suggestions de ministres à maintenir

• BRICE KOUASSI :

Il demeure un élu et un modèle pour la jeunesse locale. Sa proximité avec les populations reste un atout qui peut être valorisé afin de maintenir la flamme militante et préserver un stock d’électeurs déjà favorables au RHDP.

De fait, il continue de bénéficier de la confiance de la jeunesse à travers les actions de développement qu'il promeut et sa grande générosité.

• N’GUESSAN KOFFI LATAILLE :

Quoique battu à l’occasion des élections législatives, il demeure un élu local à la tête du conseil régional du N’Zi. Ce qui prouve qu’il a encore pignon sur rue dans la région. Son maintien en qualité de ministre est de nature à renforcer son leadership en vue de garantir la présence du RHDP dans une zone naturellement hostile.

• SOULEYMANE DIARRASSOUBA :

Il est évident que sa réussite a surpris tant la circonscription dans laquelle il se portait candidat a pu être l’épicentre des contestations contre le RHDP dans la période du scrutin présidentielle du 30 octobre 2020.

• AMADOU KONÉ :

Il est l’une des grandes figures du parti dans cette région. Très aimé de par sa grande générosité et sa proximité d’avec les populations, il mérite d’être maintenu comme ministre afin de lui permettre de travailler davantage à l’implantation du RHDP dans la région.

2-2- Suggestions de ministres sortants

• GOUDOU RAYMONDE :

De prime abord, il est important de noter que sa proposition en qualité de candidate est une erreur de casting. En effet, elle n’a aucun ancrage local et est perçue par les populations locales comme n’ayant aucune attache avec la localité avant son entrée au gouvernement. Elle est perçue comme une parachutée et son action rebute les populations locales qui rechignent à l’accepter comme leur leader.

Cependant, pour maintenir une forte présence du Parti sur ce territoire, il serait judicieux de proposer des personnalités en remplacement. Un nom se dégage de nos investigations : Yao Konan Simplice, directeur de cabinet du président du Sénat dont la proximité à Jeannot Ahoussou Kouadio est un avantage dans une zone où ce dernier bénéficie d’une certaine estime.

• JEAN CLAUDE KOUASSI :

Il subit une perte d’influence évidente par son manque de charisme et d’empreinte réelle sur le terrain politique. Son déficit de communication et son manque de proximité avec les réalités des populations lui donnent l’image d’un intellectuel qui entend s’imposer aux populations aux motifs des fonctions gouvernementales qu’il occupe.

• SIDI TOURÉ TIÉMOKO :

Il est mal perçu par les populations qui le trouvent trop éloigné d’elles. Il lui est aussi reproché de focaliser toute son attention et ses actions sur Marabadiassa sa ville d’origine.

2-3- Suggestions de ministres entrants.

• ASSOHORÉ JACQUES :

 Il marque des points. Il a réussi à retourner l’électorat PDCI en mettant les moyens. Son cas est le modèle parfait de la méthode à mettre en œuvre pour parvenir à détourner l’électorat baoulé de l’attachement au PDCI.

• JEAN LOUIS ABONOUAN :

Il reste celui qui peut encore tenir tête au PDCI dans les sous-préfectures vu sa proximité avec les têtes couronnées et les populations. Il lui est reconnu sa connaissance parfaite de la région et son leadership avéré dans les sous-préfectures et aussi sa maîtrise de la psychologie politique de cette population. Il a donc besoin d’être soutenu pour réaliser ce que Assohoré Jacques a pu réaliser.

LE GRAND OUEST

1- LES CAUSES DE L’ÉCHEC DU RHDP

• Le retour in extremis d’Albert Mabri Toikeusse.

L’acceptation du retour sans conditions de Mabri Toikeusse dans le jeu politique, et plus précisément pour la participation aux élections législatives du 6 mars 2021, est une véritable erreur politique du RHDP. En effet, l’instrumentalisation de l’image de feu le général Robert Guéi, la victimisation qu’il a tourné à son avantage et la comparaison des investissements infrastructurels avec le nord ont été des arguments qui ont fait basculer les suffrages en faveur de l’UDPCI.

• Les conflits internes entre cadres du RHDP.

Le RHDP a souffert des conflits de leadership au sein des cadres du RHDP à l’Ouest. Aussi, l’opposition de candidats du parti à des candidatures indépendantes issues également du RHDP a naturellement fractionné les voix et permis à l’UDPCI de l’emporter dans la majorité des circonscriptions électorales.

• Les problèmes récurrents non encore résolus. La persistance des problèmes fonciers, décriés depuis de longues années par les populations autochtones, et la forte immigration non maîtrisée de populations allogènes dans une zone forestière attrayante, créent naturellement des conflits intercommunautaires qui constituent des arguments propices à la récupération d’acteurs politiques. Il est donc important qu’une réponse urgente soit trouvée.

• L’absence d’un leadership pertinent face à l’hégémonie d’Albert Mabri Toikeusse. L’ouest souffre de l’absence d’un leader dont la carrure, le charisme et la légitimité ne sauraient être remise en cause. A défaut de trouver cet homme providentiel capable de faire ombrage à la forte présence Mabri, il serait judicieux de miser sur des leaders communaux ou départementaux pour établir une véritable assise par secteur.

En conséquence, la promotion de plusieurs cadres de l’ouest en qualité de directeur d’administration publique ou de PCA de société publique faciliterait une meilleure implantation du Parti et réduirait l’influence régionale de l’UDPCI.

• La question des infrastructures. Dans son discours pour la campagne des élections législatives, Albert Mabri Toikeusse n’a eu de cesse de dresser la comparaison entre les infrastructures réalisées au nord et celles dont a pu bénéficier l’Ouest. Cette rhétorique, quoique trompeuse au regard des travaux en cours de réalisation dans la région, a pu créer un sentiment de délaissement ressenti par les populations cibles.

2- PROPOSITIONS DE PERSONNALITÉS

2-1- Suggestions de ministres à maintenir

• ALBERT FLINDÉ :

Depuis sa sortie de l’UDPCI, il s’est pleinement investi pour le RHDP au point de prendre clairement position contre l’attitude de Albert Mabri Toikeusse à l’égard du président de la République. Aussi, la loyauté du ministre FLINDÉ à l’égard du RHDP est-elle sans équivoque au regard des actions à son actif dans la région. En conséquence, pour le renforcement de son autorité et de son leadership, il serait judicieux qu’il soit doté d’un ministère plus fort qui lui donne une meilleure visibilité et une plus grande capacité d’actions qui facilite l’implantation du Parti.

• ANNE OULOTO :

Elle demeure une valeur sûre du RHDP à l’Ouest, et précisément dans le Cavally. Son influence doit être maintenue en favorisant l’émergence de jeunes leaders dont la promotion serait faite et qui seraient placés sous son autorité afin de maintenir la flamme militante sur le terrain.

• DIOMANDÉ VAGONDO :

Il reste fidèle au président de la République quoique son action politique reste fortement controversée. En effet, depuis sa nomination, il peine à investir réellement le terrain politique et reste cantonné à un rôle purement administratif. De fait, le quadrillage de la zone de Biankouma n’a pu se réaliser avec une nette incidence sur les résultats des législatives. En conséquence, nous suggérons que son maintien au sein du gouvernement concerne uniquement le domaine sécuritaire en raison de son manque de compréhension de la gestion politique qu’induit la direction du ministère de l’intérieur.

2-2- Suggestions de ministres sortants

• SIDIKI KONATÉ : Éclaboussé par le scandale des échanges téléphoniques avec un cyberactiviste qui laisse à penser qu’il est impliqué dans la fourniture d’informations à l’avatar Chris Yapi, la loyauté de Sidiki Konaté est remise en question quand on sait les liens très forts qu’il a eus avec Guillaume Soro.

2-3- Suggestions de ministres entrants

• CLAUDE SAHY SOUMAHORO :

Il est l’un des collaborateurs du défunt premier ministre, Hamed Bakayoko, qui a été au cœur du processus de dialogue politique avec l’opposition. Il en maîtrise les subtilités et dispose des compétences pour impulser une nouvelle dynamique à ces négociations. Son entrée au gouvernement serait également perçue comme un renouvellement de la classe politique et manifesterait, à l’égard des populations de l’Ouest, tout l’intérêt du président de la République pour cette région.

• DOUMBIA IBRAHIMA :

Directeur général de la GESTOCI, il a remporté une importante victoire dans le Guémon, et plus précisément en sous-préfecture. Ce qui montre l’ancrage dont il bénéficie dans une zone traditionnellement acquise au FPI. Il serait donc judicieux de maintenir sa présence sur le terrain à travers sa nomination en qualité de membre du gouvernement. LE GRAND EST

1- UNE SITUATION STABLE DANS L’EST

De manière générale, la région de l’Est a maintenu le cap, précisément dans le Gontougo, qui passe de six (6) députés en 2016 à sept (7) en 2021. A contrario, l’Indénié Djuablin connaît une régression significative de cinq (5) à un (1) député. Cette dernière situation peut notamment s’expliquer par le manque d’implantation du Parti dans une des régions traditionnelles du PDCI-RDA, surtout dans le contexte du retrait d’Henri Konan Bédié du processus de création du parti unifié.

2- PROPOSITIONS DE PERSONNALITES

2-1- Suggestions de ministres à maintenir

• KOBENAN KOUASSI Adjoumani : Malgré sa longévité en qualité de ministre, ni sa notoriété, ni son dynamisme et encore moins son leadership dans la région du Gontougo ne souffrent de contestations. Mieux, sa présence sur le terrain a su renforcer les bases militantes du parti et assurer sa véritable implantation face aux velléités du PDCI-RDA qui tente désespérément de reprendre pied dans la zone.

• ROGER ADOM : Pour des motifs purement géopolitiques, sa présence au gouvernement peut être maintenue dans l’unique objectif de réaliser une percée du parti dans une zone traditionnellement acquise au PDCI-RDA, en partage avec le FPI.

• AKA OUELE : Le leadership du ministre Aka Aouélé dans le sud-est est incontestable. Cette région, naguère proche du PDCI-RDA et, dans une moindre mesure, du FPI, est aujourd’hui une base du RHDP. Il est important de maintenir cette place en ayant à l’esprit d’assurer une relève pour l’avenir.

2-2- Suggestions de ministres sortants

• PASCAL ABINAN : Très affaibli physiquement, le ministre Abinan Pascal réalise en outre de mauvais scores dans sa région avec une perte significative de quatre députés entre les élections législatives de 2016 et celles de 2021.

2-3- Suggestions de ministres entrants

• Yolande BAKAYOKO : Dans la configuration politique actuelle, l’épouse du défunt premier ministre bénéficie clairement de l’aura de son mari. A ce titre, sa présence au gouvernement pourrait ranimer cette flamme militante perdue avec le décès de Hamed Bakayoko auprès de bon nombre de ses sympathisants. Mieux, sa nomination est également une parfaite percée du RHDP dans l’Indénié Djuablin.

LE GRAND NORD

L’électorat des dix (10) régions du Nord reste exclusivement acquis au RHDP. Toutefois, après dix (10) années de gestion du pouvoir d’Etat, un besoin du renouvellement de la classe politique de cette zone du pays s’impose.

Ainsi, le présent document identifie plusieurs jeunes cadres politiques susceptibles d’assurer la relève à des postes ministériels.

1- Dans la région du Worodougou

BOUAKE FOFANA, Depuis août 2017 il est le directeur général de la Société ivoirienne de construction et de gestion immobilière. Ce fidèle de feu le Premier ministre Hamed Bakayoko incarne le nouveau leadership de cette région qui continue d’afficher sa loyauté au Président de la République.

• DIOMANDE MADI, suppléant et disciple politique du député de Séguéla, il possède la carrure nécessaire pour préserver les acquis du défunt premier ministre dans la mesure où il bénéficierait d’une nomination à un haut poste de responsabilité.

2- Dans le Kabadougou

• DIABY LANCINA, actuel DG du Fonds d’Entretien Routier (FER), il est le député élu de la circonscription électorale de Samatiguila. Homme politique très engagé, il a mené avec brio la campagne présidentielle de 2020 auprès de la diaspora et a su gagner la bataille de l’opinion internationale face à l’acharnement de Guillaume Soro et ses hommes. C’est donc avec mérite qu’il pourrait faire son entrée au Gouvernement.

3- Dans le Tchologo

• TENE IBRAHIM OUATTARA continue de faire un travail formidable à la tête du conseil régional de cette région et tient le meilleur profil pour tenir tête au leadership de Guillaume Soro. Discret et très imprégné des questions de sécurité et de défense, sa confirmation à la tête de ce ministère hautement stratégique serait sans surprise pour la confiance en lui mise par le Président de la République.

4- Dans le Poro

• OUATTARA LACINA dit Lass PR est un inconditionnel du Président Ouattara. Militant dévoué, il s’est approprié la générosité et l’abnégation du Premier Ministre Hamed Bakayoko. A un poste de responsabilité, il afficherait un engagement sans faille. Proche de la jeunesse, sa nomination pourrait contribuer à susciter l’admiration d’une frange non négligeable de la population jeune.

• COULIBALY SANGAFOWA, ancien ministre de l’agriculture, sa loyauté a été certes entachée par un prétendu attachement à de Guillaume Soro. Toutefois, il reste un militant de première heure du RDR et l’une des personnalités les plus influentes de la région. Il faut noter que sa réconciliation avec son ainé feu le premier Ministre Amadou Gon, a pu se réaliser avant le décès de ce dernier.

LE CENTRE OUEST

1- LES RAISONS DU RECUL DU RHDP

En dehors de la forte concentration Malinké dans les grandes villes de cette vaste région (Goh, Haut Sassandra), plusieurs zones rurales sont tombées aux mains de l’opposition. Trois causes majeures expliquent ce recul du RHDP dans cette vaste région du Pays. Fort de 22 sièges en 2016 dans les trois régions, le RHDP a perdu 7 sièges pour se retrouver, à l’issue du dernier scrutin, avec 15 sièges sur les 30 députés recensés.

• Les rumeurs du retour de Laurent Gbagbo. L’opposition a bénéficié d’un vent favorable : le retour probable de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire. De fait, l’argument était tout trouvé pour séduire un électorat majoritairement issu du même groupe ethnique que le concerné. C’est donc un électorat attaché à l’ancien chef de l’Etat qui a été instrumentalisé avec les conséquences évidentes sur le discours politique et sur l’orientation des suffrages exprimés.

• La coalition PDCI-EDS-UDPCI. La formation d’un front de l’opposition à peser dans la campagne électorale en contribuant à isoler, dans une certaine mesure, le RHDP.

• L’absence d’un véritable leadership régional. Contrairement à la plupart des régions de la Côte d’Ivoire, les régions du centre-ouest, et plus particulièrement celle du Haut-Sassandra, souffrent d’une absence de leadership. Il serait utile d’identifier très rapidement un cadre, prioritairement autochtone, capable d’incarner ce nouveau leadership au profit du RHDP. C’est précisément cette situation de vide qui a été préjudiciable à la coordination efficace du message du RHDP dans la région avec les résultats moyens que nous avons enregistrés.

3- PROPOSITIONS DE PERSONNALITES

Les présentes propositions tiennent non seulement compte de l’ancrage des personnalités dans les territoires concernés mais également de l’analyse des résultats obtenus au cours des élections législatives du 6 mars 2021.

2-1- Suggestions de ministres à maintenir

• TOURE MAMADOU : En quelques années avec méthode il a su s’imposer dans une arène de grands gladiateurs politiques. Il incarne la nouvelle génération de politiciens fédérateurs, compétents et très proche de son électorat. Quitter le Ministère de la jeunesse pour un Ministère significatif lui conférerait du coffre pour renforcer son leadership dans la région du Haut-Sassandra.

• DOGO MYSS BELMONDE : Grande baroudeuse, elle a créé la surprise en conservant son siège dans territoire rural hostile et, ce, face au médecin personnel de Laurent Gbagbo, le DR Christophe Blé. Cela démontre clairement son attachement à sa population et sa capacité à renforcer les acquis du RHDP dans la région du Goh.

• ZORO BI BALLO EPIPHANE : Il s’impose progressivement comme le nouveau leader de la Marahoué. De toute évidence, le peuple Gouro l’adoube afin qu’il puisse effectivement représenter leurs intérêts au gouvernement.

2-2- Suggestions de ministres sortants

• AIME ZEGBEYOU : Issue de la société civile, la secrétaire d’Etat aux droits de l’homme est totalement inexistante sur le terrain des attaques que les organisations des droits de l’homme et les ONG, en ce qui concerne l’action gouvernementale. LE GRAND ABIDJAN

En ce qui concerne les ministres, les propositions ci-après peuvent être faites :

2-1- Suggestions de ministres à maintenir

• CISSÉ BACONGO : Son bilan à la tête de la municipalité de Koumassi est une vraie réussite dont les résultats constituent un puissant moyen de communication au service de la future équipe gouvernementale. Il serait donc judicieux que le concerné obtienne un ministère avec une plus grande visibilité. Dans un contexte actuel marqué par des écroulements récurrents d’immeubles dus, vraisemblablement, à des malfaçons de construction, il ne serait pas superflu de nommer Cissé Bacongo au portefeuille du ministère chargé de la question. En effet, la détermination qu’il a affichée dans la destruction d’immeubles non conformes dans la commune de Koumassi serait à mettre à son avantage.

• SIANDOU FOFANA : Quoiqu’il ait perdu à l’issue des élections législatives du 6 mars 2021, Siandou Fofana a tout de même réalisé une excellente percée dans la commune de Port Bouët à travers la mise en place de nombreux comités de base dont la flamme militante peut être mobilisée pour les joutes électorales futures.

En outre, sa jeunesse, sa loyauté à l’égard du RHDP malgré les attaques récurrentes du PDCI-RDA qui refuse d’admettre son adhésion au Parti présidentiel, représentent autant d’atouts à capitaliser.

• ABDOURAHMANE CISSÉ : Il incarne l’avenir du RHDP en ce qu’il a de compétences et de renouvellement du personnel politique. Son maintien est ici la marque d’une continuité et de l’excellence recherchée par le président de la République.

• FRANÇOIS AMICHIA : Sa longévité au gouvernement ne devrait pas être un argument justifiant son retrait. Son image est bien plus associée à son positionnement d’élu local de longues dates à Treichville auprès d’un électorat dont il a la maîtrise. Toutefois, pour l’avenir, il serait utile d’utiliser Amichia François pour assurer l’implantation du RHDP dans la municipalité de Grand Bassam. En effet, d’ethnie Nzima Kôtôkô, il jouit d’une légitimité naturelle susceptible de faciliter la victoire du RHDP aux élections municipales de 2023 après celles très contestées de 2018.

• DANHO PAULIN ET TCHAGBA LAURENT : Ces deux personnalités assurent la représentation du peuple Atchan au gouvernement et leur maintien est, à ce titre, primordial. Mieux, en ce qui concerne Tchagba Laurent, il faudrait éviter de grossir les rangs de l’UDPCI par son éviction du Gouvernement.

2-2- Suggestions de ministres sortants

• KANDIA CAMARA : Elle fait l’objet d’une grosse polémique à la tête du ministère de l’enseignement dont elle à la charge. Ses erreurs techniques ont parfois engendré des crises totalement artificielles, soit du fait du corps enseignant, soit avec les syndicats estudiantins.

• KONÉ KAFANA : Totalement transparent au regard du peu d’activités qu’il a pu mener en qualité de ministre, candidat malheureux aux élections législatives du 6 mars 2021, Gilbert Kafana Koné peine à convaincre.

2-3- Suggestions de ministres entrants

• AGBAHI FÉLICIEN : Il manque au RHDP une implantation véritable dans la commune de Cocody. Agbahi Félicien pourrait faire la différence en mettant fin à l’hégémonie du PDCI-RDA dans une commune où la jeunesse atchan reste dans l’attente d’un leader. En effet, la campagne électorale de la députée Yasmina Ouégnin s’est toujours concentrée dans les villages d’Anono et de Blockauss qui demeurent des pôles de concentration de l’électorat atchan. Il serait utile de détourner cet électorat en créant ce nouveau leader en préparation des municipales de 2023.

Content created and supplied by: FidèleNeto (via Opera News )

rhdp v baoulé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires