Sign in
Download Opera News App

 

 

Entretien, Gestion du village de Kpass / Sié Cyrille interpelle le corps préfectoral sur les écarts

Le rôle et le but assigné à tout comité de gestion ou Coges d'une localité notamment un village, est la recherche du mieux-être des populations. Et dans ce cadre, depuis la venue de l'équipe du Coges du village de Kpass situé dans la commune de Dabou, les choses avancent lentement mais sûrement, car elles butent sur bien d'incompréhensions.

Pour le Président du Coges du village de Kpass, Sié Offia Cyrille communément appelé Cyr, que nous avons rencontré et interviewé. '' Le développement durable de tout village passe par l'Union des fils et des filles du village, car c'est la contribution de tous qui crée le partage des richesses, qui permet l'éclosion du bonheur tant attendu'', fait-il remarquer.

Pourquoi avoir choisi d'être à la tête du Coges de votre village, qu'est ce qui a motivé votre vouloir?

L'amour de sa terre et le désir d'apporter un mieux-être à nos populations nous a guidé. Depuis toujours en tant que fils de Kpass j'apporte autant que faire se peut ma modeste contribution. Alors j'ai voulu apporter plus en faisant don de ma modeste personne pour l'avancement de notre chez nous sur le chemin du développement durable.

Et depuis votre venue aux affaires, les choses vont elles dans le sens souhaité ?

C'est là le bas blesse, les choses vont à reculons, que de difficultés majeures. L'incompréhension des uns fait face à la méfiance et à la défiance des autres. Ce qui ne présage et n'augure rien de positif et de concret pour l'essor du village. Que de palabres inutiles qui plombent toutes les initiatives louables et freinent tout union. Nous qui sommes le relai, la courroie de transmission nous faisons l'effort d'aplanir les différends qui s'avèrent tenaces. Mais nous tenons bon et discutons pour ne pas que les choses restent en l'état mais avancent dans le bon sens, les autorités locales et administratives nous épaulent et grâce à Dieu, nous avons bon espoir que tout ira mieux.

Concrètement vous et votre équipe qu'avez vous entrepris pour le bonheur des populations et qu'elles sont vos projets pour leur apporter le progrès tant espéré ?

Bonne question, vous savez aucun développement durable ne peut se faire sans l'aval des populations qui vous ont donné quitus et mandat pour parler en leur nom et poser des actions. Nous avons entrepris bien de démarches qui ont toutes abouties. Notamment l'équipement en bancs de l'école primaire publique, la mobilisation financière en bonne voie pour l'achat de produits pharmaceutiques pour l'hôpital du village, la sensibilisation des populations pour la propreté du village, vu que l'hygiène c'est la santé. Négocié et obtenu la pose d'une antenne de téléphonie cellulaire, fait des mains et des pieds pour le lotissement des terres du village afin que les populations puissent obtenir des terrains, construire et se loger convenablement. Pris à bras le corps les difficultés du village et rechercher les solutions idoines avec le concours de tous les natifs dudit village. Autant d'actions que nous avons mené et que nous menons au quotidien dans l'unique but d'apporter un mieux-être aux populations et un épanouissement à notre village.

Nous avons ouï dire que les garants du village et la chefferie, vous mettent les bâtons dans les roues ce qui créent un dysfonctionnement au niveau du Coges, est-ce vrai?

C'est une demie vérité, ne pas l'admettre c'est mentir. Voilà ce qui l'en est. En fait en pays adioukrou, c'est une classe d'âge qui prend le pouvoir d'État et qui administre le village, c'est une démocratie locale participative. Bien souvent le Coges qui est une entité administrative née de la volonté de l'administration publique centrale et qui en refere au corps préfectoral bute assez souvent sur le collège administratif du village avec à sa tête son premier responsable, qui est le Chef du village, rien de plus. Ce sont des débats houleux qui se tiennent car là où se prennent les grandes décisions, tous les avis convergent et divergent, il faut savoir raison garder souvent. Nous pouvons obtenir gain de cause, être refoulés comme adoubés, c'est la démocratie participative. Donc bien souvent nous sommes incompris et les choses stagnent alors qu'elles devraient être complétées localement. Voilà le fin mot de nos points de désaccord.

Avez vous un appel à lancer?

Je profite de l'occasion que vous m'offrez pour interpeller nos autorités locales, notamment coutumières et préfectorales sur le bon fonctionnement des Coges de nos villages, car si nous avons les mains et les pieds liés nous ne pourrons entreprendre. Chacun a un rôle qui lui est assigné, le nôtre nous entendons pleinement le jouer alors donnez nous les coudées franches pour offrir notre expérience à nos populations pour lesquelles nous oeuvrons au quotidien. Aux natifs de notre village, c'est ensemble dans le rassemblement autour d'un idéal commun, l'essor de notre chez nous, que nous pourrons offrir le meilleur qui soit à notre village. Taisons nos querelles, mettons de côtes nos ambitions et oeuvrons de concert pour le bien-être de Kpass. Je vous remercie.

Réalisé par

LORNG Esmel

Content created and supplied by: esmellorngsessdonald (via Opera News )

dabou kpass sié cyrille

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires