Sign in
Download Opera News App

 

 

Café-Cacao et produits pétroliers : le PDCI dénonce la gouvernance du RHDP

Le porte-parole du PDCI-RDA, Soumaïla Brédoumy, par ailleurs Coordonnateur général de la Grande Cellule de Coordination de la Communication (GCCC) dudit parti, a animé, ce mardi 4 octobre 2022, une conférence de presse, au sein de l’auditorium du siège du PDCI-RDA, à Cocody.

Après avoir, dans son propos liminaire, fait un compte-rendu des activités de son parti avec points essentiels le 14e Bureau politique qui s’est tenu à Daoukro et la célébration des 30 de relation avec la Fondation Konrad Adenauer Stiftung, il s’est longuement prononcé sur le prix des matières premières de la Côte d’Ivoire avec en ligne de mire le nouveau prix du binôme Café-Cacao.

«Le Gouvernement de Côte d’Ivoire vient en effet de publier les prix bord champ du cacao et du café, pour la campagne agricole 2022-2023 qui prennent effet pour compter du 1er octobre 2022. Ces prix sont respectivement de 900 FCFA/ kg de fèves de cacao et de 750 CFA/kg de café», a-t-il rappelé avant de faire savoir son analyse.

Pour le porte-parole du parti de Bédié, «le PDCI-RDA note que le prix bord champ du kilogramme de cacao en passant de 825 à 900 FCFA ne bénéficie que d’une augmentation de 9%».

Et de poursuivre son analyse : «Au moment où le Gouvernement fixe le prix bord champ du cacao, le PDCI-RDA attire l’attention de tous sur le manque de suivi de l’application des prix homologués au niveau des producteurs. Il est connu qu’en bord champ le kilogramme de cacao s’achètera entre 30 et 50% moins cher que les prix homologués. Ce constat est répétitif d’année en année.»

Même si comparaison n’est pas raison, il ajoutera que «par ailleurs, notre parti fait observer que les producteurs subissent au même titre que les fonctionnaires et les travailleurs les effets de l’inflation. Pendant que la prime de logement des cadres de l’administration passe de 70000 à 90000 FCFA/ mois, soit une augmentation de 29%, le producteur ne gagne que 9%. Le fonctionnaire bénéficiera en plus d’une prime annuelle équivalente à plus du tiers de son salaire. Les avantages ci-dessus indiqués du fonctionnaire sont acquis pour longtemps, ce qui est loin de l’augmentation actuelle du prix du cacao.»

 

DES CALCULS SIMPLES MAIS DESOLANTS

Pour M. Brédoumy, «il faut encore remarquer qu’au moment de la campagne café cacao et en pleine rentée scolaire et universitaire, le Gouvernement vient d’augmenter le prix des produits pétroliers, en particulier le prix du gasoil et du pétrole lampant, deux produits largement utilisés dans le milieu paysan. Ces augmentations à elles seules annihilent l’effet des 9 % sur le cacao. Pour rappel, depuis le 1er octobre 2022, le prix du gasoil est passé de 615 à 655 FCFA, soit 6,5 %, celui du pétrole lampant de 555 à 685 FCFA, soit 23,4%.»

Toujours selon le Coordonnateur général de la GCCC du PDCI, «le PDCI-RDA constate que les producteurs, en particulier ceux du cacao et du café, qui contribuent largement à la création de la richesse, sont mal traités dans la prise en compte de la compensation des effets de l’inflation et oubliés dans la répartition de la richesse. Pour rappel que le cacao contribue entre 15 et 20 % dans la formulation du PIB et représente 40 % des recettes d’exportation. Ce sont 20% de nos compatriotes qui vivent du cacao, parmi eux, 54, 6 % sont sous le seuil de la pauvreté. Avec l’augmentation du gasoil le risque d’une surenchère des prix du transport dans les banlieues et les milieux ruraux est réel. Les observations du PDCI-RDA s’étendent malheureusement à d’autres produits phares de notre économie agricole.»

 

L’ELASTICITE DU CAOUTCHOUC NATUREL

«En effet, poursuit M. Brédoumy, depuis le mois de juillet les producteurs de caoutchouc naturel ont du mal à écouler leurs fonds de tasse, car les transformateurs ont fermé leurs usines, pour soit disant les raisons suivantes :

-La baisse des prix sur le marché international qui impacterait négativement la profitabilité de leurs entreprises

-L’importation vers la Chine, du fait de la COVID19

-Les charges élevées de la consommation de l’énergie en Europe provoquée par la crise en Ukraine

-Le mécanisme actuel de fixation de prix est aussi évoqué comme une des raisons qui justifient ces fermetures.

De cette situation, certains transformateurs et acheteurs de fond de tasse profitent pour le caoutchouc naturel à 200FCFA, voir 100FCFA/kg, alors que le prix APROMAC est de 351 FCFA/kg pour le mois de septembre 2022. Selon les informations dont nous disposons, ces achats ne couvrent pas plus les 10% des productions disponibles dans les parcelles des producteurs.»

Et de conclure que «cette situation intervient à un moment particulier de l’année qu’est la rentrée scolaire. Les autres filières comme le coton et l’anacarde ne sont pas épargnées par les difficultés du moment.»

Gilles Richard OMAEL

Content created and supplied by: Africanewsquick.net (via Opera News )

Café PDCI RDA

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires