Sign in
Download Opera News App

 

 

Congrès du parti de Gbagbo : La présence de la Russie ovationnée. Des signes qui ne trompent pas

Cela n’a duré que quelques secondes, mais ces instants ont suivi pour battre le record de l’applaudimètre dans la salle du Palais des congrès de l’Hôtel Ivoire, ce Samedi 16 Octobre, lors de l’annonce par Adama Dahico des chancelleries représentées au congrès constitutif du nouveau parti de l’ex chef d’état Ivoirien, Laurent Gbagbo.

 

Du haut de l’estrade du somptueux édifice Abidjanais, l’artiste-comédien, Adama Dolo, dit Adama Dahico qui agissait en qualité de Maître de cérémonie, cite les ambassadeurs ayant effectué le déplacement pour être témoin de cet événement. La liste des pays est égrenée, jusqu’au moment où il touche à un nom auquel la foule va se montrer allergique : La Russie. Il n’en fallait pas plus pour déclencher des réactions d’euphorie dans la salle.

 

La Russie…ovationnée de manière spectaculaire à ce congrès constitutif. Le congrès, faut-t-il le noter, d’un parti qui se veut le fer de lance de la lutte pour la souveraineté économique et monétaire de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique, selon ses initiateurs.

 

Un parti fondé par un homme qui sort de plusieurs années de détention à la prison de Scheveningen à la Haye, suite à un conflit postélectoral au bout duquel son éviction a été dénoncée par une certaine opinion Africaine, comme l’aboutissement d’une conspiration internationale ourdie par la France. *

 

Dans un contexte régional où Moscou étend ses tentacules en Afrique et jusqu’aux portes de la Côte d’Ivoire, au Mali, la réaction des partisans de Gbagbo ce Samedi 16 Octobre, pourrait illustrer tout au moins les symptômes d’une fièvre contagieuse de l’influence Russe, à laquelle certains peuvent s’attendre comme une source de délivrance.

Le glas de la fin de l’impérialisme Occidental, devenu le socle des discours populistes en Afrique.

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

adama dahico adama dolo ivoire russie

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires