Sign in
Download Opera News App

 

 

Réunification du Fpi : comment Gbagbo devra régler le cas Affi N’Guessan

L’ancien Président de la République de la République est confronté à la problématique de la réunification de sa formation politique. Un défi important, mais pas désespéré. Les astres semblent s’alignés pour lui indiquer la bonne direction.Affi N'guessan (à gauche) et Laurent Gbagbo, la collaboration est encore possible (Photo Web)

La question de la réunification du Front populaire ivoirien (Fpi) est le tout premier chantier d’envergure du Président Laurent Gbagbo. Les autres challenges sont tributaires de celui-là. Sans un Fpi formant un bloc solide et solidaire derrière lui, le leader politique serait bien fragile quand il s’agira de parler alliance avec le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) d’Henri Konan Bédié ou de réconciliation avec le régime du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). D’ailleurs, à quel titre l’ancien chef d’État ferait toutes ces démarches ?

Depuis le retour de l’ancien prisonnier de la Cour pénale internationale (Cpi), Pascal Affi N’Guessan a montré les meilleures dispositions à son égard, au grand dam de certains de ses sympathisants. Il était à l’accueil comme tous les autres cadres du Fpi pour exprimer sa joie de retrouver celui qui l’a construit socialement et politiquement. Et depuis, le député de Bongouanou n’a prononcé le moindre mot qui aurait pu contrarier Laurent Gbagbo.

Mieux, invité par l’Ong Alternative citoyenne ivoirienne (Aci) de Pulchérie Gbalet, l’ancien Premier ministre de Gbagbo a souhaité que les trois « grands », à savoir Laurent Gbagbo lui-même, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara se rencontrent, se parlent et trouvent ensemble des solution pour normaliser la vie socio-politique. Il s'exclut ainsi de cette concertation de haut niveau entre leaders politiques.

Et pourtant, Pascal Affi N’Guessan est le président légal du Fpi et reconnu comme tel par les autorités au pouvoir. En montrant autant sa bonne foi, le message non-dit est celui-ci : « Mon patron est arrivé de l’enfer carcéral, il ne faut pas en rajouter à sa peine. Je suis disposé à lui céder le fauteuil de la direction de notre parti ».

Et, détail non anodin, le député de Bongouanou n’a eu de cesse de répéter que quand Laurent Gbagbo sera de retour au pays, il lui céderait la présidence du Fpi. Le vin est tiré, il faut à présent le boire !

La tâche du leader historique est d’autant plus facilitée en ce que Affi lui tend les deux bras. Tout est dans la forme. Le Président Laurent Gbagbo devra trouver les mots et la manière qui préservent la dignité du natif de Bouadikro. En plus de la forme, il devra aménager une position intéressante au sein de la direction du Fpi pour lui. Autrement, l’ex-Chef d’État provoquera une nouvelle crispation au sein de son parti qui serait absolument contre-productive pour les nouvelles ambitions politiques qu’il a déjà affichées à demi-mots.

Théodore Sinzé

Content created and supplied by: ThéodoreKoffiSinzé (via Opera News )

laurent gbagbo laurent gbagbo.. réunification du fpi

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires