Sign in
Download Opera News App

 

 

À peine né, le "bébé" de Laurent Gbagbo déjà critiqué

Le parti des peuples africains-Côte-d'Ivoire (PPA-CI ) a vu le jour ce dimanche 17 Octobre 2021 à Abidjan. Son président est tout naturellement Laurent Gbagbo. Cependant, plusieurs analystes politiques ont exprimé leur insatisfaction concernant l'orientation de ce dernier né des partis politiques ivoiriens.

À l'annonce de la création d'un nouveau parti, en août dernier, Laurent Gbagbo avait dit a ses camarades que le nouvel instrument permettrait de laisser l'enveloppe vide du FPI à Affi N'guessan et de partir avec le contenu.

C'est donc logiquement que beaucoup d'observateurs de la scène politique ivoirienne attendaient de ce nouvel instrument une naissance avec de grandes orientations claires. En tout cas, ce ne fut pas le cas, selon la plupart des invités de Nci 360,: l'émission qui épluche chaque dimanche l'actualité de la Côte-d'Ivoire. De Guillaume Gbato, à André Sylver Konan et Arthur Banga sans oublier Aristide Nkenda Nkenda , ils ont tous déploré qu'on n'ait pas vu et entendu les grandes orientations d'un parti qui se veut panafricaniste. Guillaume Gbato est même allé plus loin. Il attendait du discours de clôture de Laurent Gbagbo ses lignes directives sur les questions de l'immigration, du vote ou non des étrangers, de la gestion du foncier dans ce pays à fort taux d'immigrés,etc. Dans le fond, il n'a peut-être pas tort puisque le passé de Laurent Gbagbo avec ses clivages nationalistes pourrait être difficilement conciliable avec sa nouvelle vision panafricaniste. La communauté africaine serait donc en droit d'attendre de ce Laurent Gbagbo nouveau des orientations claires sur la manière dont, ensemble, il voudrait que l'Afrique aille vers la quête de sa souveraineté. Mais que non ! Des intervenants comme André Sylver Konan ont même trouvé un Laurent Gbagbo trop allant dans les blagues, un Laurent Gbagbo qui n'a pas fait" sérieux" dans son style.

L'historien Arthur Banga n'a pas dit autre chose que d'avouer qu'il est resté sur sa faim sur les questions de fond. Face aux coups assénés sur le nouveau né, le jeune congessiste Franck-Stephane Didi avait du mal à faire accepter le fait qu'il faut attendre que le parti déroule à l'avenir son programme.

Sans avoir été convaincu, Guillaume Gbato a même lâché qu'on n'a rien vu. Autrement dit, la montagne aurait accouché d'une souris.

Le congrès terminé, on attend le tour du rival Affi N'guessan et le FPI le mois prochain.

Sino74

Content created and supplied by: Sino74 (via Opera News )

abidjan guillaume gbato laurent gbagbo n'guessan

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires