Sign in
Download Opera News App

 

 

Sentiments anti-francais : Macron prend de nouvelles mesures pour les sommets France-Afrique

Un sommet aura lieu jeudi en France entre les autorités françaises et des acteurs africains de la société civile. Cette rencontre est appelée sommet Afrique-France. France 24 a organisé ce samedi 2 octobre un débat sur ce sommet. Les invités étaient des journalistes dont Hassan Diop de RFI et Meriem Hamelal de France 24. Des échanges, il ressort que le président français a décidé de changer les rapports entre son pays et l'Afrique. Aussi, au lieu du traditionnel sommet France-Afrique, ce sera désormais le sommet Afrique-France. La dénomination change donc. Ensuite, au sommet Afrique-France, il est exclu la participation des Chefs d'Etat. Les invités seront des acteurs africains de la société civile et des dirigeants d'entreprises. " La France est consciente du recul de son influence en Afrique", estime Hassan Diop. " Les peuples africains accusent la France de complicité avec les dirigeants africains". Et ce, parce que Paris a une position ambiguë vis-à-vis des changements de constitution, des 3èmes mandats et des coups d'État. Le journaliste de RFI a cité l'attitude complice d'Emmanuel Macron suite à l'assassinat d'Idriss Débi en se rendant à N'Djamena pour cautionner la succession héréditaire avec Debi fils à la tête du Tchad. Pour Meriem de France24, la France est accusée d'ingérence quand elle intervient et de complicité quand elle ne dit rien. 

Dans tous les cas, les débateurs ont reconnu que les peuples africains ne sont pas contents de la France et que Paris en est consciente. Pour preuve, en marge du sommet du jeudi prochain, sera organisé un contre-sommet pour dénoncer la Françafrique. Paris décide donc de changer de paradigme dans un contexte de 3èmes mandats et de coups d'État, mais aussi dans une atmosphère délétère entre Paris et Bamako.

Dan Opéli

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

france 24 paris rfi tchad

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires