Sign in
Download Opera News App

 

 

Plusieurs Préfets Hors Grade adhèrent au nouveau parti de Laurent Gbagbo

Ils sont de plus en plus nombreux à dire oui au nouveau parti politique du président Laurent Gbagbo dont le congrès constitutif est prévu les 16 et 17 octobre prochains à l'auditorium du palais des Congrès de l'hôtel Ivoire d'Abidjan. Ils, ce sont les préfets Hors Grade. Ces Grands Vizir de la République. Ces Grands serviteurs de l'État, aujourd'hui à la retraite mais qui ambitionnent de mettre leurs longues expériences à la disposition du nouveau parti du président Laurent Gbagbo.

Il y a certes, le préfet Jean-Baptiste Gnaoré qui est déjà connu pour être l'une des têtes couronnées du Front populaire ivoirien, mais l'appel au rassemblement lancé ces dernières semaines par le président Laurent Gbagbo semble avoir été entendu par de nouveaux gouverneurs comme on les appelle dans nos régions. S'il est vrai que nombre d'entre eux étaient déjà proches de l'ancien président de la République de Côte d'Ivoire sous sa gouvernance, il faut cependant reconnaître que ceux-ci n'avaient pas d'engagements politiques formels avec lui.

Il s'agit des préfets Hors Grade, Jean-Baptiste Gnahoré, Sam Jean-Baptiste Etiassé, N'Dabian Eby Aman, le député EDS, Sehi Gaspard, tombeur d'Evariste Miambly dans la circonscription électorale de Facobly-Semien. Ces hauts fonctionnaires de l'État aujourd'hui à la retraite, se sentent encore aptes à servir le pays aux côtés du président Laurent Gbagbo dans le cadre de son ambitieux programme de Décentralisation.

L'ancien d'État ivoirien est d'autant plus convaincu de la qualité et l'expertise de ces personnalités qu'elles ont vite été associées aux travaux préparatoires du congrès constitutif du nouveau parti politique. Et selon nos sources, bien d'autres personnalités insoupçonnées pourraient faire leur apparition publique aux côtés du président Laurent Gbagbo dans les jours à venir.

P. L

Content created and supplied by: Pierre_Lemauvais (via Opera News )

l'hôtel ivoire d'abidjan laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires