Sign in
Download Opera News App

 

 

Coût des contraventions : ce que les ivoiriens doivent savoir

Image d’illustration

Un ami m’a fait, à l’occasion de la grève des chauffeurs de taxis et gbakas de Yopougon le récit d’une mésaventure qu’il a vécue dans cette commune il y a quelques années. Ayant stationné en un endroit où il ne fallait pas, il a vu une armée d’agents municipaux s’abattre sur lui comme une nuée de sauterelles dont l’un lui a exigé de payer 90.000 fcfa. Oui, vous avez bien lu, 90.000 fcfa pour un stationnement interdit.

       L’un de ces agents, le plus zélé visiblement, en guise d’humanisme, lui a dit qu’il pouvait réduire les 90.000 fcfa à 70.000 fcfa. Dans leurs échanges, l’agent a rappelé qu’en cet endroit-là se trouvait une pancarte indiquant l’interdiction de stationner, seulement que lorsque mon ami y garait, l’écriteau avait fichu depuis longtemps le camp. Comment peut-on être aussi exigeant dans un tel flou ? Mais là n’est pas le but de notre propos. Nous en étions au payement des 90.000 fcfa qui étaient désormais passés à 70.000 fcfa.

     Je vous épargne ici comment l’ami mien s’en est tiré, les sources étant sacrées. L’aspect de la question sur lequel je souhaiterais insister, c’est le coût des contraventions et leur mode de paiement. Combien coûte et où paie-t-on une contravention ? Selon la loi, mon ami, pour un stationnement perturbateur, aurait payé 5000 fcfa et non 70.000 fcfa et cette somme serait payée dans les caisses du trésor public.

     Mais le constat que nous faisons et qui est aussi valable pour bien d’autres structures, ces taxes et contraventions sont payées à des individus et non dans les caisses du trésor public. Combien sont-ils ces ivoiriens qui savent qu’ils sont ainsi escroqués ? Combien sont-ils qui connaissent les différentes contraventions qui existent ? En tout cas, on peut parier qu’ils se comptent sur le bout des doigts. Les écritures le disent, ‘’mon peuple périt par manque de connaissance’’. Cette fâcheuse situation peut donc aisément être corrigée par des formations des masses. C’est aussi cela, une belle contribution au civisme que l’on veut inculquer aux citoyens.

                Frederic GNEZE

 

Content created and supplied by: FredericGneze (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires