Sign in
Download Opera News App

 

 

Laurent Gbagbo sur France 24 :"Je pardonne à Ouattara et à Sarkozy"

L’une des déclarations importantes faites par Laurent Gbagbo lors de l’interview qu’il a accordée à la chaîne de télévision française France 24 hier, semble être passée inaperçue. Et pourtant, il s’agit d’une réponse fort rassurante pour la réconciliation si chère aux filles et aux fils de la Côte d’Ivoire.

C’était en fin d’interview, ce mardi, 19 octobre 2021. Laurent Gbagbo a tenu une déclaration forte : « Je pardonne à tout le monde. Il n’y pas que lui, puisque que je n’ai jamais crié contre Nicolas Sarkozy ni contre Ouattara…>>, a affirmé l’ex pensionnaire de la Cour Pénale Internationale(CPI) dont la résidence a été bombardée par l’armée française du 31 mars au 11 avril 2011, en réponse à la question du journaliste qui lui a demandé s’il a pardonné à Alassane Ouattara.

Cette réponse de Laurent Gbagbo vient en confirmation des actes forts qu’il a posés, depuis son retour en Côte d’Ivoire, en faveur de la réconciliation nationale. Faut-il le rappeler, Laurent Gbagbo a rendu visite à Alassane Ouattara après avoir rencontré le Président Henry Konan Bédié, ses deux adversaires les plus importants lors de la crise post-électorale de 2011.

Mais bien sûr, pour que ce pardon ait tout son poids, compte dans le processus de réconciliation, il faut que les personnes auxquelles il est destiné se reprochent quelque chose. Alassane Ouattara, notamment, considère-t-il qu’il a causé du tort à Laurent Gbagbo. Il serait difficile de l’affirmer, quand on sait qu’il le considérait comme le responsable de la crise post-électorale qui a endeuillé la Côte d’Ivoire. A moins que l’acquittement du prisonnier le plus célèbre de la CPI ait changé la donne.

Quoi qu’il en soit, si le pardon est divin, alors, Laurent Gbagbo peut se féliciter d’avoir réussi un exploit divin.

Marius K., Le_Littéraire

Content created and supplied by: Le_Littéraire (via Opera News )

Alassane Ouattara France 24 Laurent Gbagbo Nicolas Sarkozy

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires