Sign in
Download Opera News App

 

 

Cherté de la vie: à quoi répond le silence des élus (députés, maires..) et des chefs d’institutions?

Illustration : une vue des députés ivoiriens à l’hémicycle

Par honnêteté intellectuelle, je ne pouvais laisser passer un si beau texte émanant d’un ami mien relatif au niveau jugé médiocre des enseignants, du moins certains enseignants comme l’a déclaré le journaliste Assalé Tiémoko il y a quelques jours. Nous n’avons nullement la prétention de créer une autre polémique sur les propos du député-maire Assalé Tiémoko mais force est de constater que dans la foulée de sa déclaration, une crise vient de voir le jour, celle de la cherté de la vie.

Oui, la vie est chère en Côte d’Ivoire et ce n’est pas un débat mais malheureusement, de façon presque consensuelle, un silence très assourdissant est constaté alors que ceux qui vivent cette cherté du coût des denrées alimentaires sont ceux-là mêmes qui ont non seulement voté mais qui vivent au quotidien en contact avec les commerces. Mais diantre ! Comment peut-on penser convaincre un pauvre qui dort à la belle étoile qu’il vit en réalité dans un palais ?

       A chaque fois qu’un débat sur ce sujet s’est instauré, on ne sent pas cette fougue de nos élus pour nous défendre. Comme parmi les enseignants, il y aurait-il en leur sein des élus de faibles niveaux qui auraient du mal à discerner nos problèmes ? C’est bien le sens du texte de monsieur Kouadio Sébastien Kaclou un directeur d’école qui, après avoir établi que le mal du bateau ivoire est collectif, dénonce ce mutisme assourdissant des décideurs sur un sujet aussi crucial que celui de la cherté du coût des produits alimentaires. Lisons ce texte publié le 19 juillet 2021 :

     ‘’Les clameurs, les plaintes se sont tues. Oui, M. Assalé, vous avez raison ; il y a de mauvais enseignants. Si on vous avait compris, il n'y aurait pas eu tout ce tohu-bohu ...Oui, il y a des mauvais enseignants. Et cela existe "curieusement" dans toutes les couches socio-professionnelles. Tenez ! N'y a-t-il pas de mauvais députés ? N'y a-t-il pas de mauvais maires ? N'y a-t-il pas de mauvais conseillers ? N'y a-t-il pas de mauvais sénateurs ? N'y a-t-il pas de mauvais ministres ? N'y a-t-il pas de mauvais présidents d'institutions ? N'y a-t-il pas de mauvais docteurs ? N'y a-t-il pas...? N'y a-t-il pas ...?

     Que disent les sénateurs, les députés, les conseillers de la cherté de la vie? Que disent-ils quand des enfants pompeusement appelés "enfants en conflit avec la loi" tuent impunément des citoyens ? Des députés, sensés protéger le peuple ne nous font-ils pas payer la carte nationale d'identité à 5 500 francs ? Alors, qui est mauvais ? Oui, il y a des mauvais partout. Et cela commence au plus haut niveau. Alors plutôt que de s'acharner sur un seul secteur d'activité, cherchons l'équité, car il n'y a que cela qui puisse faire reculer tout ce qui est entorse à la vie.

     Merci de m'avoir supporté, car d'ordinaire je n'aime pas écrire des textes longs. Que M. Assalé me pardonne si mon texte est truffé de fautes... Je suis un mauvais enseignant’’. Nous terminerons cette réflexion par une citation d’Eric Dupond-Moretti : ‘’…Mais défendre ceux que l’on aime c’est aussi, c’est surtout, leur construire un monde où la justice l’emporte sur la violence, le courage sur la lâcheté, la politique sur la démagogie’’.

           Frederic GNEZE

Content created and supplied by: FredericGneze (via Opera News )

Assalé Tiémoko

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires