Sign in
Download Opera News App

 

 

Divo : une ville en totale métamorphose, un énorme boulevard en construction (les images)

La ville de Divo, Chef-lieu de la région du Lôh-Djiboua subit une transformation en profondeur qui a pour but principal la rendre la plus moderne possible.

Classée parmi les plus anciennes villes du pays et aussi l'une des plus peuplées, Divo connaît un développement accélèré ces derniers mois avec des travaux d'extension des voiries dans ses quartiers de l'éclairage public et la construction d'un boulevard central à l'image de celui de Bouaké.

Lucarne !


Les vastes chantiers et tracés de voies à l'entrée de la ville, laissent entrevoir les sillons d'une ville moderne qui fera la fierté du Lôh-Djiboua.

Divo, Chef-lieu de la région du Lôh-Djiboua connaît une amélioration de son cadre de vie. En effet, un boulevard large de deux fois trois voies est en construction depuis l'entrée jusqu'à la sortie de la ville en allant vers Gagnoa.

Véritable colonne vertébrale de la ville. Ce boulevard dont les travaux ont débuté courant 2020 connaît une avancée considérable.

Le boulevard Alassane Ouattara longeant le centre-ville également intégrera le projet.

Divo resplendit sous la houlette du Ministre Amédée KOUAKOU, Ministre des infrastructures économiques.

Des travaux d'éclairage des nouveaux quartiers ainsi que des voies en construction également se poursuivent.

Plusieurs constructions anarchiques installées sur le parcours des voiries ont été détruites et donnent une allure de gigantesque chantier à la ville.

Ces travaux suivent le bitumage de l'axe Divo-Guitry quasiment achevé, et celui de l'axe Divo Oumé qui désenclavent totalement la grande ville.

Dans quelques mois, les visiteurs découvriront une ville moderne, dotée de panneaux et feux tricolores à tous ses carrefours. De grandes bâtisses, mais également dans un environnement sain.

JMD

Cliquez sur suivre. En haut à droite.

Content created and supplied by: JimDASSE (via Opera News )

alassane ouattara divo lôh-djiboua

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires