Sign in
Download Opera News App

 

 

"Ahoussou n'était pas un malade imaginaire" (Fernand Dédeh)

Selon le journaliste Fernand Dédeh, ordinairement bien informé, Jeannot Ahoussou-Kouadio, le président du sénat ivoirien "n'était pas un malade imaginaire", comme certains le faisaient croire en Côte d'Ivoire.

"Il faut se rendre à l’évidence. Le patron du Sénat ivoirien n’était pas un malade imaginaire, comme certains dans sa famille politique ont pu le croire ou le dire", a déclaré Fernand Dédeh, dans une tribune sur son mur Facebook, ce mardi 5 janvier 2021.

"Pour eux, l’homme s’était éloigné d’Abidjan pour éviter de prendre partie dans la bagarre fratricide entre les alliés du Golf 2011, « le grand-frère et le petit frère » au mois d’octobre 2020. Beaucoup le moquaient même! Surtout après son silence assourdissant pendant les moments de tension et son message de soutien a ton camarade après les résultats de la présidentielle", a-t-il indiqué.

Le journaliste précise que "JAK est toujours en convalescence à Berlin en Allemagne. À défaut d’une communication officielle de sa structure, nous avons pu glaner ici et là, quelques informations sur son état de santé. Il va beaucoup mieux. « Retour prévu en janvier ou en février 2021 », des sources proches du Sénat, sans aucune précision".

Rappelant que "Le président du Sénat est allé en Allemagne début juillet 2020, pour un contrôle sanitaire. Selon nos informations, il avait senti un malaise au cours d’une session au Sénat, mais sans gravité apparente. En Allemagne, ses services ont annoncé son test positif à la Covid19. Il y a été pris en charge. Et depuis sept (7) mois, il y séjourne".

Citant l'un de ses proches, Fernand Dédeh révèle qu'« Il a été soigné et guéri du Covid-19, puis des examens complémentaires ont été faits. Maintenant lui il pense qu’il a été empoisonné. ». Souhaitons-lui prompt rétablissement et bon retour parmi nous".

En définitive, note Fernand Dédeh, le retour au pays de Ahoussou "est annoncé au moment où les officines politiques se mettent en branle pour les élections législatives. Pour l’instant, la bataille est interne aux partis politiques, au niveau du choix des candidats. « Le grand bazar », selon un cadre du Rassemblement de ton Camarade. Tout le monde veut être candidat. Là-bas, pour faire acte de candidature, il faut s’acquitter de la somme de 500.000 FCFA. Et ceux qui paient, viennent exposer les reçus sur les réseaux sociaux. Communication politique ou dématérialisation du jeu politique ?"

Content created and supplied by: Ivoir'Soir.net (via Opera News )

ahoussou fernand dédeh jeannot ahoussou-kouadio

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires