Sign in
Download Opera News App

 

 

Assimi Goita libère Ben Souk, un proche de Guillaume Soro detenu au Mali, l'ex PAN réagit aussitôt

Sess Soukou Mohamed, dit Ben Souk, ex député de Dabou et proche de Guillaume Soro l'ex Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire avait été arrêté par des hommes en cagoule, le 10 août 2021 à Bamako au Mali où il avait trouvé refuge. L'on apprendra plus tard par la voix du procureur de la Commune-IV, Idrissa Hamidou Touré que Ben Souk avait été interpellé en vertu d’un « mandat d’arrêt international émis le 16 novembre 2020 par la justice ivoirienne, qui l’accuse « d’actes subversifs pouvant admettre une qualification pénale, commis sur le territoire national ».

Pour tirer cette affaire au clair, une commission d’enquête préliminaire avait été mise en place et dirigée par la gendarmerie. Mais depuis silence radio jusqu’à ce que l'on apprenne des proches de l'ex député et surtout de son mentor Guillaume Soro qu’il avait recouvré la liberté ce 10 janvier 2022. Cette libération coïncide étrangement avec les lourdes sanctions imposées par la CEDEAO au Mali. Aussitôt, Guillaume Soro, lui aussi en exil à dans un communiqué indiqué avoir appris « la mise en liberté de M. SESS SOUKOU MOHAMED dit BEN Souk, dans la soirée de ce lundi 10 janvier 2022 à Bamako, au terme d’une procédure judiciaire pleinement menée ».

L'ex Pan  salue « cette issue heureuse, qui consacre le respect des droits humains et des libertés publiques par les autorités judiciaires maliennes ». Par ailleurs, il se « réjouit de ce dénouement qui vient à point nommé et qui contribuera, à n’en point douter, au raffermissement des relations séculaires entre les peuples malien et ivoirien » avant de réaffirmer « son attachement profond à l’amitié et à la fraternité entre ces deux peuples » dont « aucune manœuvre ne devrait entacher la cohésion ».

C'est pourquoi « au nom du droit inaliénable qu’à chaque peuple de disposer de lui-même », Guillaume Soro apporte « son soutien et son amitié sincères aux autorités de la transition, aux autorités judiciaires maliennes mais aussi et surtout au grand et digne peuple du Mali ». Pour finir, il rassure ses militants et sympathisants « partout dans le monde » de « sa proximité et sa constante disponibilité ».

Alors que les autorités judiciaires ivoiriennes attendaient que l'ex député soit transféré sur le sol ivoirien pour répondre des accusations portées contre lui, c'est dans ce contexte qu’intervient cette libération. Faut-il y lire le signe ‘’d’un gros dépit amoureux'' entre Abidjan et Bamako sur fond de sanctions des Etats de la CEDEAO contre la transitionmalienne ?’’ Ou encore l'enquête préliminaire initié par la gendarmerie malienne t-elle conclut à l'innocence de Ben Souk ? Pourquoi c'est dans un contexte de rapports délétères entre le Mali et les pays de la CEDEAO dont la Côte d'Ivoire qu'intervient cette libération ? Et pourtant tout semblait rentrer dans l’ordre entre Abidjan et Bamako après les rapports tendus induits par le double coup d’État perpétré par Assimi Goita et ses hommes au Mali. D'ailleurs, en signe d’apaisement, le Chef de la junte malienne et président de la transition avait fait don de 30 moutons au chef de l' Etat ivoirien, Alassane Ouattara, dans le cadre de la célébration de l'Aïd el Kebir, célébré le mardi 20 juillet dernier. Tout cela semble si bien loin maintenant. 

Content created and supplied by: SGB78 (via Opera News )

cedeao guillaume soro idrissa hamidou touré mali

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires