Sign in
Download Opera News App

 

 

Le colonel Assimi Goita et son premier ministre Choguel Maiga désormais dans l'œil du cyclone

Les autorités de la transition malienne sont actuellement sur une voie sans issue face à la situation sécuritaire, économique et politique de leur pays. Tout semble s'écrouler autour d'elles et aucune perspective ne profile à l'horizon, c'est le moins que l'on puisse dire. Le gouvernement de la transition malienne ne doit plus chercher une victime expiatoire sur laquelle il ferait endosser son insuccès.

Le locataire actuel du palais de Koulouba (présidence de la République) traverse un moment critique car après la communauté internationale qu'il a su facilement mettre à dos avec un patriotisme étriqué, c'est le tour d'une frange du peuple qui retire son soutien à sa junte suite au massacre de 132 civils à Diallassagou et à Ségué dans le cercle de Bankass au centre du pays.

La pauvreté est le quotidien des maliens et maliennes avec l'embargo de la CEDEAO. Le premier ministre Choguel Maiga et son patron sont présentement hantés par un probable soulèvement populaire qui pourrait leur être fatal.

L'éminent imam Dicko n'est pas aller avec le dos de la cuillère dans sa récente sortie médiatique. Il a vivement critiqué la politique hasardeuse du binôme Assimi Goita -Choguel Maiga à la tête de l'exécutif. L'autorité religieuse malienne a parlé également de la souffrance de la population avec la cherté de la vie et de l'insécurité. Sa fatwa pour une insurrection civile pourrait sonner le glas pour cette transition militaire.

Le prochain sommet de la CEDEAO pour la levée du blocus représente une dernière chance pour le régime des colonels.


La contribution de FABA

Content created and supplied by: Faba (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires