Sign in
Download Opera News App

 

 

Les drones suicides sont toujours d'actualité

Un drone suicide, aussi nommé drone kamikaze, est un drone de combat aérien contenant un explosif : il est conçu pour évoluer au-dessus du champ de bataille et détruire des cibles en plongeant sur elles lors de missions de recherche d'opportunité, c'est-à-dire à la fois de reconnaissance et de combat. Le drone revient à sa base si aucune cible n'a été engagée (une cible engagée entraîne la destruction de celle ci et du drone). La désignation de la cible se fait par vision directe de celle-ci par l'opérateur.

Plutôt que d’emporter une charge offensive, ce drone est en fait la munition principale, c'est pourquoi il est nommé « munition rôdeuse » ou encore « munition vagabonde » (en anglais « loitering munition »). Il convient pourtant de séparer nettement les deux concepts, la cible de la munition vagabonde n'étant pas désignée directement par l'opérateur de celle-ci, mais par d'autres opérateurs.

origine

Qualifié de tâches importantes et d’avancées historiques par le leader Kim-Jong-Un, ces tests effectués à partir du 10 avril pendant trois jours près de Gusong auraient permis le développement d’un système de contrôle « universel ». L’origine des drones restent pour le moment inconnue, rappelons que la Corée du Nord dispose des accès aux drones civils chinois désormais dotés comme les DJI Mavic d'une autonomie de 30 mn et d'un système performant de reconnaissance de formes. Car la KPA s’est spécialisée depuis une vingtaine d’années dans la conversion de drones (MQM-170D, Sky09, Tu-143, ASN-104…) de toutes origines vers des drones suicides.

La Corée du Nord aurait fini de tester des drones «suicidaires» capables d’espionner puis d’attaquer les ennemis du royaume des ermites.

Les nouveaux «drones sans pilote miniaturisés» sont capables de «reconnaissance de précision des zones situées au plus profond de la ligne de front» – se terminant par des «attaques en tenailles», c’est-à-dire des frappes des deux flancs, ont déclaré des sources au Daily NK.

Les autorités militaires se sont précipitées pour tester les drones après que le dictateur Kim Jong Un a qualifié leur développement de «tâche importante» pour le pays, selon le rapport.

Le despote aurait ensuite envoyé un «message de reconnaissance» personnellement signé à l’équipe, affirmant que les tests réussis «constituaient une autre pierre angulaire pour promouvoir l’avancement et la force de l’armée populaire coréenne».

Abonnez-vous et partagez

Content created and supplied by: Nutritionniste (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires