Sign in
Download Opera News App

 

 

Procès des pro-Soro : " Ce procès risque d'exposer des acteurs de la rébellion au pouvoir " (Kando Soumahoro)

Photo d'illustration : Kando à gauche, Soro à droite


L'ex député de Biankouma Soumahoro Kando, proche de l'ancien président du parlement ivoirien Soro Guillaume Kigbafori a accordé une interview au journal Générations nouvelles dans lequel il dit que la Côte d'Ivoire ne mérite pas le procès en cours contre les hommes de Soro Guillaume. Pour lui, '' un mauvais arrangement vaut mieux à ce stade des choses, qu'un bon procès qui risque de faire très mal ''.


Dans sa parution du lundi 31 mai 2021, le journal Générations nouvelles a publié une interview réalisée avec Soumahoro Kando, un ancien détenu, proche collaborateur de Soro Guillaume Kigbafori relativement au procès en cours contre les proches de Soro Guillaume.

Ex-député de Biankouma et ancien militaire au sein des forces aériennes, Soumahoro Kando à été toujours aux côtés de ses camarades proches de Soro Guillaume Kigbafori devant le tribunal criminel depuis le 19 mai. Il dit attendre religieusement la manifestation de la vérité. Sur ce chemin de la vérité, il a fait savoir que '' la Côte d'Ivoire ne mérite pas ce procès après avoir vécu une rébellion qui peine à réconcilier ses enfants ''. Pour ce ancien militaire qui se veut neutre afin de mieux vivre le reste de sa carrière politique qu'il veut saine et bénéfique pour ses concitoyens, Soumahoro Kando à déclaré qu' << à cette étape de la procédure, je dirais qu'un mauvais arrangement vaudra mieux qu'un bon procès qui aura pour conséquences d'exposer plus les acteurs de la rébellion pourtant aujourd'hui au pouvoir. Je le dis parce que l'ex-président Soro qui avait revendiqué cette rébellion, au lieu d'être condamné suivant la constitution, avait plutôt été bombardé Premier Ministre puis Président de l'Assemblée nationale. Comprenez que cette rébellion qui n'a pas pu broyer ses enfants cherche désespérément à les diaboliser >> a-t-il martelé.

Continuant de soulever des griefs contre le procès des pro-Soro, l'ancien député de Biankouma Soumahoro Kando, est revenu sur les circonstances de son arrestation et de son jugement, lui et certains de ses camarades.

<< Arrêtés dans le même cadre et au départ pour les mêmes motifs, il faudrait d'abord se demander pourquoi un groupe a été libéré et d'autres maintenus. Vous avez constaté que sur une multitude de délits à nous reprochés, nous avons seulement été entendus sur deux que sont : diffusion de fausses nouvelles et troubles à l'ordre public. Tout de même curieux pour des personnes sous les coups de flagrant délit. Depuis que nous avons été mis en instruction malgré le flagrant délit, il n'y avait plus de logique de procédure et c'est ce qui explique deux cours pour juger la seule et même affaire. Nous mêmes qui avons été jugés en correctionnel ne savons pas les raisons profondes de cet état de fait. Peut-être qu'à la fin du procès devant le tribunal criminel, nous en saurons davantage et c'est bien pour contribuer à la manifestation de la vérité que je me porte témoin >> a-t-il martelé.


Bema Aboubacar...

Content created and supplied by: BemaAboubacarCoulibaly (via Opera News )

biankouma soumahoro kando soro guillaume kigbafori

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires