Sign in
Download Opera News App

 

 

Détenus militaires/Alfred Guéméné en colère: "le gouvernement s'est planté", sa vérité sur les crimes

24 heures après la sortie du porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly sur la requête de l'ex chef d’état, Laurent Gbagbo en faveur des prisonniers militaires, Alfred Guemene, nous faisait part de son indignation.

En plus du rejet de la demande persistante de l'ex dirigeant Ivoirien, le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement évoquait même la possibilité de l'ouverture d'une "autre procédure" en cas d'aveux de Laurent Gbagbo sur ses liens avec les crimes reprochés à ses ex combattants.

Une réaction qui froisse le vice-président du Front Populaire Ivoirien (FPI) chargé des relations avec les Partis politiques qui dans une contribution qu'il nous transmettait dans la soirée de ce Jeudi 02 Décembre, se disait "horripilé par la surprenante réaction du gouvernement".

À travers ces propos du porte-parole du gouvernement, note-t-il, "le gouvernement a vertement choisi de lancer un défi. Celui de se constituer prisonnier en lieu et place de ceux qui, à ses yeux, seraient indûment incarcérés".


Une éventualité qui suscite chez ce proche collaborateur d'Affi Nguessan une kyrielle de questionnements. Car, s'interroge-t-il: "À supposer que l'ancien chef de l'Etat que nul ne peut soupçonner de manquer de courage, prenne ses responsabilités, en se présentant effectivement devant le juge, pour se constituer prisonnier, que se passerait- il ? 

Le juge prendrait-il le risque d'incarcérer quelqu'un qui vient juste d'être libéré de dix années d'emprisonnement ? 

En outre, cette éventuelle incarcération serait-il le meilleur moyen de promouvoir la paix en Côte d'ivoire ?".

Selon lui, "Sans verser dans la rhétorique de la cristallisation de cette situation regrettable, force est de reconnaître que le gouvernement s'est plutôt planté dans ce dossier d'une extrême sensibilité.

Car, les ivoiriens qui aspirent à la paix et à la cohésion sociale, souhaitent vivement qu'un voile soit définitivement jeté sur les tristes et douloureux événements qui ont dévasté et meurtri notre pays. 

D'autant plus que le <<crime de sang>>invariablement invoqué par le gouvernement, comme un épouvantail, pour justifier leur maintien en détention, est loin d'être l'exclusivité des mises en cause...".

"C'est pourquoi", poursuit Alfred Guemene, "nous demandons purement et simplement la magnanimité et la mansuétude du chef de l'Etat, garant de l'équilibre de la nation et de la paix sociale, pour que ces pères de famille recouvrent enfin la liberté".

Non sans faire appel à cette citation parmi les plus célèbres du premier président Ivoirien, Félix Houphouët-Boigny : << La paix, ce n'est pas un vain mot, c'est un comportement >>. 

Raoul Mobio

Content created and supplied by: RaoulMobio (via Opera News )

alfred guemene amadou coulibaly côte d'ivoire laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires