Sign in
Download Opera News App

 

 

Conseil régional du Gbêkê : Jacques Mangoua empêché de reprendre sa place de président

Jacques Mangoua, président élu du conseil régional du Gbêkê.


Le président élu du Conseil régional du Gbêkê Jacques Mangoua a été déchu le 18 novembre 2019 de sa fonction par arrêté ministériel alors qu'il était en prison. Libéré le 31 mars 2020 par la cour d'appel du tribunal de Bouaké alors que son procès en appel était prévu pour le 28 avril 2020, il n'a toujours pas été autorisé à réintégrer son poste. Celui-ci est occupé par Mme Kouamé N'Guessan Delphine Marie Ange qui était la première vice-présidente. Le résumé de l'arrêté pris le 18 novembre 2020 et signé de feu le ministre Diakité Sidiki dit ceci: " le ministère de l'administration territoriale et de la décentralisation(...), considérant la condamnation, le jeudi 3 octobre 2019, de Monsieur Mangoua Koffi Saraka Jacques, président du Conseil régional du Gbêkê, à 5 ans de prison ferme par le tribunal de première instance de Bouaké; considérant l'incapacité de Mangoua Koffi Saraka Jacques, à exercer sa fonction de président du Conseil régional du Gbêkê; considérant les nécessités de service; arrête; article 1:Madame Kouamé N'Guessan Delphine Marie Ange, première vice-présidente du Conseil régional du Gbêkê est nommée en qualité de président intérimaire du Conseil régional du Gbêkê".

Mais 4 mois après cette nomination par décret, le président élu a été libéré mais Madame Kouamé continue d'assurer l'intérim. Cela dure depuis le 31 mars 2020, soit plus d'un an. Les démarches du vice-président du PDCI-RDA pour reprendre sa place sont restées pour l'instant infructueuses. Les électeurs de la région ont signé une pétition demandant la réinstallation du président élu. Cette pétition a été déposée le 4 février dernier au ministère de l'Intérieur. Il n'y a encore de suite.

Jaques Mangoua avait été jugé et condamné à 5 ans de prison ferme pour "détention illégale de munition" dans sa résidence de N'Guessankro, son village natal Alors que le vice-président du PDCI dénonçait un complot, des violentes manifestations de protestation avaient éclaté à Bouaké la capitale régionale et ses environs.

Dan Opéli

Content created and supplied by: Dan_Opeli (via Opera News )

bouaké gbêkê jacques mangoua madame kouamé

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires