Sign in
Download Opera News App

 

 

Politique / Alternance démocratique en Afrique : les solutions d’un expert en sécurité politique

Quelles stratégies et mécanismes faut-il pour une alternance démocratique au sommet des Etats africains ? Pour répondre à cette problématique, le groupe de réflexion, Smart West Africa Communication, a organisé samedi 15 janvier, une conférence-débat, à la salle de conférence du Musée des civilisations au Plateau, sur le thème : « défi de l’alternance démocratique en Afrique : pilier de paix et de stabilité ».

L'occasion était bonne pour le conférencier Sékou Samba Koné, spécialiste des questions de sécurité politique et diplômé en coopération civile et militaire, résolution de conflits, de répondre aux préoccupations des hommes de médias sur les problèmes qui entravent l’alternance démocratique en Afrique. Pour lui, « le régime présidentiel adopté par les Etats africains constitue une entrave majeure à la démocratie ».

 L’expert en sécurité politique n’a pas occulté non plus la question des systèmes militaires, de dynastie et d’hérédité, la désignation des candidats par les chefs d’Etat sortants, les systèmes de dynastie, les élections organisées par un coup d’Etat en Afrique...et par dessus tout l’accord qui lie l’Afrique à la France.

Pour répondre au besoin d’alternance démocratique lié à la paix, la cohésion et la stabilité du continent, Sékou Samba Koné a invité les chefs d’Etat africains à « accepter de passer à une alternance démocratique beaucoup plus restreinte sur le plan décisionnel de celui qui sera élu », il faut revoir la question du pouvoir de décision sur tout ce qui concerne la vie de la nation, l’implication des députés et du peuple dans le vote des candidats aux élections présidentielles. «On ne peut pas avoir de démocratie si les pouvoirs de décision sont très élargis au​​ niveau des candidats », a-t-il affirmé. Il en veut pour preuve des Etats de l’Occident, citant pêle-mêle, les USA, la Suisse, l’Italie... « Les 10 premiers pays les plus démocratiques au monde sont ceux qui ont adopté un régime parlementaire », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, à en croire le spécialiste des questions de sécurité politique, une réflexion sur les questions de « valorisation de l’esprit d’indépendance et d’impartialité, les coups de force démocratique, l’organisation d’élections libres, transparentes, et consensuelles, la culture démocratique »..., s’impose.

Sékou Samba Koné, a pour finir, dit espérer assister à l’avènement d’une démocratie véritable, pour la paix et la stabilité dans nos pays africains avec « des personnes crédibles, sincères et honnêtes, qui respectent la constitution », a-t-il terminé.

Pour rappel, cette conférence-débat a été organisée par le groupe de réflexion Smart West Africa Communication avec pour objectif de trouver des solutions et les proposer aux autorités compétentes, sur les problèmes de démocratie et d’alternance du continent. Smart West Africa Communication est un think-tank qui se propose de faire une réflexion sur les questions de démocratie, de cherté de la vie, culture...en vue de permettre aux jeunes de participer à la recherche de solutions aux problèmes de l’Afrique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Content created and supplied by: AlexisOuattara (via Opera News )

alternance démocratique politique solutions

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires