Sign in
Download Opera News App

 

 

Issiaka Diaby: "Amadé Ouérémi a cité des gens, ils doivent s'expliquer"

Six jours après l'acquittement définitif de l'ex-chef d'Etat ivoirien Laurent Gbagbo et son ministre Charles Blé Goudé par la Cour pénale internationale (CPI), ce sont les personnes se présentant comme des "victimes des crises en Côte d'Ivoire" qui montent au créneau. Elles réclament justice pour toutes les tueries perpétrées dans le pays depuis la rébellion de 2002 à la crise post-électorale de 2010.

Une justice sans exclusive, selon elles, ne doit pas épargner aucun présumé coupable ou personne citée dans les enquêtes ou les procès des crises survenues en dans le pays. Pour ce faire, réclament-elles, les personnes citées dans le procès d'Amadé Ourémi, ex-chef de guerre proche de la rébellion des Forces nouvelles (2002-2010) doivent répondre de leurs actes devant la justice.

"Amadé Ouérémi a cité des gens, ils doivent s'expliquer...", lance ce lundi 5 avril 2021 Assiaka Diaby. Il est le président du Collectif des victimes de Côte d'Ivoire (CVCI). Ce jour-là, il a convié à williamsville, un quartier situé au cœur de la capitale économique du pays, de nombreux membres de sa structure.

"Que tu sois commandant ou colonel, on s'en fout... Tu dois répondre de tes actes devant la justice", a-t-il répété, se faisant applaudir. Il insiste pour dire que la justice ne doit pas faire deux poids deux mesures. Et que pour soulager la conscience des victimes, la justice doit concerner toutes les personnes impliquées.

"Amadé Ouérémi doit avoir le courage de dire ce qu'il a fait. Tantôt il dit j'ai fait, d'autres fois il dit ce n'est pas moi...", charge-t-il l'ancien supplétif des forces rebelles. Il est cité dans le massacre de 800 personnes au quartier Carrefour (27-29 mars 2011) et 300 dans le campa de Nahibly (20 juillet 2013) dans la ville de Duékoué (ouest).

Issiaka Diaby qui appelle également à l'exécution de ma condamnation par contumace à 20 ans de prison de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé demande de la "réparation " des torts subis par les victimes dans toutes les crises. "Sans justice, sans vérité, sans coupable, pas de réconciliation", a-t-il clamé, invitant le chef de l'Etat à "recevoir les victimes".


Content created and supplied by: BIDEN (via Opera News )

charles blé côte d'ivoire issiaka diaby laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires