Sign in
Download Opera News App

 

 

Les hommes de Guillaume Soro, entre regret et désespoir

Ils sont nombreux les partisans de Guillaume Soro qui aujourd'hui sont au regret pour des actes posés dans le passé. Ils étaient nombreux ceux qui, comme leur leader s'est engagé du côté de la rébellion en 2002 pour des raisons qui leur semblaient évidentes. Aujourd'hui 20 ans après, nombreux sont ceux qui regrettent d'avoir consacré leur énergie à défendre une cause qu'ils considèrent comme perdue.

Parmi tous ces proches du président de GPS, il ya un qui se distingue par ses interventions à travers les réseaux sociaux où il ne manque pas d'exprimer sa désolation devant ce qu'il considère aujourd'hui comme une injustice.

Celui qui dit avoir été de la branche politique de MPCI, aujourd'hui les temps sont au regret:

"QUE DE REGRETS DANS MON CORPS !!!!! Cette photo de moi me fait penser aux moments fous de ma vie. 

J'avais en ce moment la trentaine. 

Fou que j'étais, j'étais le seul fonctionnaire de la ville, militant du RDR, Président de Comité de base du RDR, Secrétaire Général du RER local, à m'être engagé du côté des rebelles. Les gens trouvaient que j'étais quelque part débloqué pour tenter une telle aventure suicidaire."

Traoré Mamadou qui dit avoir été dans le passé "un jeune modèle pour les parents d'élèves, un jeune professeur qui gagnait bien sa vie parce qu'à l'époque, j'étais un opérateur économique assez prospère"

Malgré son. état de civil aux côtés des soldats du MPCI, ce dernier n'hésitait à enfiler la tenue militaire pour la cause de son service.

"Je me mettais dans cette tenue militaire pour galvaniser la foule pour le compte du MPCI. C'est fort de cela que mes collègues, qui ont pu sortir de Boundiali pour aller sur Abidjan, sont allés dire que j'étais devenu un chef de guerre" a-t-il indiqué.

À l'endroit de ses détracteurs qui le considèrent aujourd'hui comme un militant Facebook, Traoré Mamadou laisse entendre :

"Aux militants ... qui disent que je n'existe que sur Facebook et que je ne connais pas le terrain, je voudrais leur dire que j'ai été un homme de terrain à leur âge. J'ai été sur le théâtre des opérations militaires pour y galvaniser les troupes à leur âge. 

J'ai été pris dans le feu des affrontements entre rebelles pour le contrôle de Boundiali par exemple aux premières heures de la rébellion à leur âge. 

J'ai vu, à leur âge, des soldats tomber devant moi, criblés de balles.

J'ai entendu, à leur âge, des balles siffler dans mes oreilles. 

Bref, j'ai vu, à leur âge, la mort de près. 

C'est pourquoi aujourd'hui, aguerris, je ne sais plus ce que c'est que d'avoir peur." 

Pour celui qui considère que l'âge ne lui permet plus d'être actif sur le terrain comme autrefois, n'a pas hésité de révéler le nouveau registre dans lequel il s'inscrit désormais :

"Nous autres, "cinquantenaires", sommes dorénavant dans la stratégie, la formation et la propagande" a-t-il souligné avant de lancer les mots pleins de regrets :

"Mais s'il y a une chose que je regrette aujourd'hui et pour laquelle je ne cesse de demander pardon aux ivoiriens, c'est le fait d'avoir fait une rébellion pour installer Allassane Ouattara au pouvoir. 

À l'époque, dans mes folles années de jeunesse, j'étais envahi par des idéaux. 

Je voulais me battre pour changer le monde. 

J'étais contre toute forme d'injustice.

En m'engageant dans la rébellion, je me battais pour un idéal. Je voulais contribuer à asseoir un Etat de droit où personne ne serait exclu de la compétition électorale présidentielle".

Le conseiller de Guillaume Soro, Traoré Mamadou qui dit s'être engagé du côté de la rébellion afin de contribuer à l'avènement d'un Etat de droit et de démocratie regrette aujourd'hui que cet idéal est loin d'être atteint. Espérant qu'un jour l'exclusion soit bannie du terrain politique, Traoré Mamadou s'insurge contre le fait que Guillaume Soro soit aujourd'hui victime d'harcèlement de la part du régime en place

Content created and supplied by: Alkashi_BéniDieu (via Opera News )

guillaume soro

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires