Sign in
Download Opera News App

 

 

Coupure de route et orpaillage clandestin, le Gl Ehoussou donne les vraies raisons de leur expansion

Coupure de route et orpaillage clandestin/ Gl Ehoussou Aka (Général de brigade) : « Ces deux fléaux sont liés, il faut les traiter ensemble, en allant bien en profondeur avec des moyens conséquents »



Gl Ehoussou Aka est le Général de brigade de la gendarmerie nationale au Ministère de la Défense, en charge du déguerpissement des occupants illégalement installés sur des sites publics ou privés. Il a également la charge du rapatriement des exilés ivoiriens encore à l’étranger, la personne ressource au plan militaire du métro d’Abidjan. Nous l’avons rencontré et ce securocrate a bien voulu partager avec nous des ébauches de solutions à exploiter pour ramener la sécurité dans les régions sujettes à l'orpaillage clandestin et aux coupures de routes.

Aujourd’hui, la doléance la plus récurrente des populations, c’est la sécurité. Parce qu’il y’a un climat d’insécurité qui prévaut dans diverses région de notre pays. Vous qui êtes un éminent sécurocrate, comment pesez-vous de tout votre poids pour apporter une amélioration à ce niveau ?

Le problème de la sécurité, c'est un problème global. La sécurité c’est un problème inhérent aussi bien à Bongouanou, chez moi, que dans tout le pays. Depuis que moi, je commandais l’unité d’intervention de la gendarmerie, il y’avait cette histoire récurrente des coupeurs de route. Et aujourd’hui encore, on en parle. Avec un autre aspect des plus négatifs, qui est malheureusement venu s’ajouter aux problèmes sécuritaires rencontrés par les populations, celui de l’orpaillage clandestin. C’est donc un ensemble de phénomènes qu’il faut prendre au sérieux et trouver les solutions idoines pour venir en aide aux populations. Il faut nécessairement une stratégie nationale pour endiguer une bonne fois pour toute ce fléau. Parce qu’il reste la cause première de l’expansion à proportions galopantes de la drogue dans toutes les régions de notre pays et son addiction par la jeunesse ivoirienne. Puisque l’orpaillage clandestin à travers la drogue s’immisce dans le quotidien des jeunes de nos villes, villages et hameaux. Et ce, par le biais de nos jeunes gens déscolarisés, désœuvrés qui en consomment. Ce qui entraine le phénomène des coupeurs de route qu’on voit sur nos routes. Ces deux fléaux sont liés, il faut les traiter ensemble, en allant bien en profondeur avec des moyens conséquents. C'est un problème global, il ne s’agit pas de régler ce problème au niveau de telle ou telle localité seulement, mais l'on doit le régler de manière globale. Afin que les différentes régions de la Côte d’Ivoire puissent bénéficier de cet effort stratégique pour endiguer ce mal.

Avez-vous des ébauches de solutions à proposer ?

Des ébauches de solutions existent, il faut d’abord réarmer les unités d’interventions, les réarmer comment ? Au plan personnel, il faut les faire monter en puissance, les réarmer au plan de la logistique. Parce que vous ne pouvez pas quitter Abidjan pour Soubré et tomber en panne de carburant. C’est une affaire qu’il faut prendre à bras le corps. Parce que c’est un problème national. Donc il faut réarmer le personnel au plan logistique et au plan moral, et le réarmer avec la logistique qui va avec.

Votre mot de fin ?

Mon mot de fin, c’est la solidarité. C’est l’union et dans cette union, il faut que nous cherchons la paix, que nous la consolidons, la protégeons comme la prunelle de nos yeux. La paix a toujours été la prunelle des yeux du père de la nation, Félix Houphouët-Boigny. je veux qu'une chose primordiale, la paix pour mon pays, la Côte d'Ivoire. Mon mot de fin c’est de demander à mes frères et sœurs de cultiver en tout temps l’amour de la paix.

Réalisé par

LORNG ESMEL

Content created and supplied by: esmellorngsessdonald (via Opera News )

gl ehoussou aka

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires