Sign in
Download Opera News App

 

 

Burida: vers la fin de la crise qui secoue la maison? Des sociétaires dévoilent la dernière décision

Photos/ Le conférencier Alain Ogou entouré de Jimmy Danger, Samassi, EL commandante

Allons-nous vers la fin de la crise au Bureau ivoirien du droit d'auteur(Burida)? Tout porte à le croire quand on se réfère à cette annonce faite ce mercredi 13 octobre par un comité de sociétaires qui a eu pour porte-parole est monsieur Alain Ogou, Producteur et réalisateur de films. 

En effet, lors d'une conférence de presse tenue ce jour à l'Agora(ex-complexe sportif) de Koumassi par lesdits sociétaires, Alain Ogou a porté à la connaissance de l'ensemble des artistes membres du Burida la dernière décision de madame la ministre de la Culture, des Arts et du spectacle Mme Harlette Badou. Selon le conférencier, la tutelle a annoncé la fin de la transition menée par le Conseil de gestion et de restructuration (COGER) au mois de Novembre 2021. Et ce, après presque deux années de gestion toujours décriée par des sociétaires : 

" Devant le mur de blocage derrière lequel s'est blotti le conseil de gestion et de restructuration (COGER) et qui refuse de rendre compte aux artistes, nous avons décidé de rencontrer notre tutelle qui est le Ministère de la Culture, des Arts et du Spectacle. Madame la ministre a instruit son Directeur de cabinet de nous recevoir. Ce dernier a fait preuve d'amabilité et nous a effectivement reçus pour nous livrer une information très capitale. Il nous a rassurés que le mandat du COGER prend fin au mois de Novembre 2021 pour permettre au Burida d'emprunter la voie de la légalité à travers la mise sur pied d'une assemblée générale qui va aboutir à l'organisation d'une élection. Il nous a donc demandés de garder le calme. La tutelle qui dit avoir pris connaissance de la gestion du COGER et des plaintes des sociétaires décident de prendre ses responsabilités" a déclaré le conférencier Alain Ogou qui avait à ses côtés, l'artiste chanteur EL Commandete, les acteurs Jimmy Danger, Samassi, Gbessi Adji. Plusieurs artistes, notamment des acteurs de cinéma, des humoristes, de chanteurs étaient présents pour apporter leur soutien à ce comité.

Tous les artistes membres du Burida venus à cette rencontre avec la presse ont tous crié leur ras-le-bol de voir que leur misère devient de plus en plus insupportable avec l'arrivée du COGER qui, selon Alain Ogou, n'est qu'une équipe imposée aux sociétaires par le précédent Ministre de la culture Maurice Bandaman qui a pris un arrêté ministériel N°34/MCF/CAB du 03 mars 2020. Composé de 36 membres, ce Conseil de gestion et de restructuration présidé par Tiburce Koffi disposait d'un délai de six mois à douze mois pour accomplir différentes missions en faveur de la paix et du bien-être des artistes :

" Malheureusement, leur arrivée à la tête de la maison rend la vie des sociétaires encore plus difficile. Le problème de répartition des droits qui se faisait cinq fois dans l'année est passée à une fois, et les montants perçus sont descendus à 11 mille francs CFA pour des artistes. Avec l'ancienne équipe dirigée par Mme Vieira, on avait cinq répartitions dans l'année. Ce qui a causé le départ de Mme Vieira, c'est ce problème de répartition de droit parce qu'un artiste avait reçu 32 mille francs et il s'est plaint, c'est de là qu'est partie la colère des sociétaires. Aujourd'hui, avec le COGER, des artistes gagnent 11 mille francs et les membres du COGER touchent chacun des centaines de milles. Ce n'est pas normal. Nous pensons bien que la décision prise par la tutelle sera respectée et nous comptons sur sa bonne foi pour que les choses changent. Nous voulons profiter de cette rencontre pour dire merci à madame la ministre et à son cabinet pour leur disponibilité" a expliqué Alain Ogou.

En guise de propositions à la tutelle, ce comité de sociétaires protestataires du Burida a proposé à leur tutelle, après le mois de novembre qui est le mois de départ du COGER, la mise sur pied d'un comité restreint d'experts qui prendra le relais sur une période raisonnable de trois mois. Sa mission sera d'organiser les élections pour permettre au Burida de se doter d'un organe(AG) légal qui est le choix des sociétaires pour sa direction. Ensuite, pour les élections, ce comité propose la participation de tout sociétaire qui se sent capable de diriger le Burida. Chaque candidat sera sanctionné par le vote des sociétaires.

J.T

Content created and supplied by: Jose_Teti (via Opera News )

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires