Sign in
Download Opera News App

 

 

RHDP/PDCI/FPI : on prend les mêmes et on recommence

La vie politique ivoirienne est menée par une même génération depuis plus de trente ans. Tous affirment avoir hérité des vertus du père fondateur de la nation ivoirienne, Félix Houphouet Boigny. Ils ont surtout hérité de sa longévité politique. Il s'agit de Konan Bédié, d'Alassane Ouattara et de Koudou Gbagbo. Les trois dinosaures de la politique ivoirienne sont encore loin d'avoir fini leur carrière car de nombreux défis se profilent à l'horizon. Nous vous proposons les raisons pour lesquelles ces trois personnages historiques seront encore à moyen terme au devant de la scène.

Le président Ouattara a annoncé vouloir transmettre le flambeau à une nouvelle génération. Cependant parmi les cadres de son parti il y a deux catégories bien défini, il y a ceux qui viennent du RDR et ceux qui lui sont restés fidèles malgré le retrait de leur parti, PDCI et UDPCI. Son choix de ne pas désigner de vice-président vise à donner aucun indice pour le futur. Deux visions au niveau des militants s'opposent, certains veulent que les cadres originaires du nord gardent la main pour le futur tandis que d'autres plus ouverts veulent que le RHDP montre qu'il est un parti national par conséquent un cadre compétent venant d'une autre région peut succéder à Alassane Ouattara. Quant on sait qu'il a fallu 30 ans d'apprentissage à Amadou Gon Coulibaly au côté de son mentor pour le convaincre qu'il peut être le candidat idéal, on se dit que le président Ouattara est loin d'avoir fini avec la politique d'autant que la constitution lui permet de se présenter à nouveau.

En ce qui concerne Konan Bédié, son parti est le plus ancien qui existe à ce jour avec toute son histoire qui l'accompagne. L'élection présidentielle de 2020 était la dernière chance pour le sphinx de Daoukro de reprendre le fauteuil présidentiel après le coup d'État de 1999 qui l'a éjecté du pouvoir. Son objectif aujourd'hui est d'assurer la transition pacifique entre lui et les nombreux jeunes cadres de son parti. Sa mission s'annonce rude pour le choix de son successeur, car un choix par défaut risque d'imploser sa famille politique. Contrairement à ce qui se dit le PDCI a plus à perdre sans Konan Bédié qu'avec lui. Il est le garant de la stabilité au sein de la maison. Il est la personne idoine pour conduire le parti dans les années à venir afin de diriger les discussions qui devraient aboutir à l'assemblée générale élective, où les militants devront faire leurs choix entre les différents candidats qui postuleront pour diriger le parti septuagénaire.

Enfin, Koudou Gbagbo. Il est celui qui a la plus lourde tâche. Car il retrouvera un parti divisé. Le retour à la réunification ne se fera pas par un claquement des doigts. Comme dans tout parti les avis sont divergents et les idées s'opposent. En son absence le parti a pris un retard considérable sur le RHDP et le PDCI-RDA. Il aura beaucoup à faire et sa mission de rassemblement risque de prendre plusieurs années. Sa présence remobilisera à coup sûr ses militants qui ont pris du recul avec les joutes électorales. Contrairement aux deux autres leaders qui n'ont pas un cadre qui se dégagent des autres, lui il en a un. Il s'agit de Blé Goude. Même si celui-ci n'est pas du FPI. Il a tout les attributs nécessaires pour prendre le relai de son mentor.

H.L.V

Content created and supplied by: HenocleVeinard (via Opera News )

alassane ouattara rhdp

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires