Sign in
Download Opera News App

 

 

Paix et réconciliation en Côte d'Ivoire : Les non-dits de la rencontre Gbagbo-Ado

En Côte d'Ivoire, ces dernières décennies ont permis de comprendre la politique nationale, avec ses alliances et ses oppositions. Mais rien qu'une pléthore de partis politiques qui noyautent autour de trois (03) grands leaders ADO, BÉDIÉ et GBAGBO, qui ont chacun leur propre vision d'une Côte d'Ivoire unie et rassemblée pour la paix et la prospérité. Mais une question demeure vu les urgences signalées pour l'épanouissement de notre Nation, quelle est la bonne démarche pour sortir notre pays des dissensions qui la minent.

Les leaders charismatiques Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo se sont rencontrés le mardi 27 juillet dernier, au Palais présidentiel d’Abidjan Plateau. Notons que de cette rencontre rien a fuité mais au sortir de celles-ci, ces deux grandes personnalités de la politique ivoirienne ont fait des déclarations en rapport étroite avec le vécu au quotidien des populations.ci dessous des morceaux choisis, qui nous orienté sur à qui profite la réconciliation vraie et la paix dans notre pays, la Côte d'Ivoire.

« Je suis venu rendre visite au président Alassane Ouattara que je connais depuis longtemps. On a parlé fraternellement, amicalement. Je suis très heureux de cette discussion que nous avons eue parce qu’elle a été très détendue, et j’en suis fier. J’ai souhaité que de temps en temps, on puisse avoir ce genre d’entretiens qui détendent l’atmosphère dans le pays. En ce qui me concerne, j’ai insisté sur les prisonniers qui ont été arrêtés au moment de la crise de 2010 2011 et qui sont encore en prison. Alors j’ai dit au président et vous serrez d’accord avec moi, puisque j’étais leur chef de file et que je suis en liberté, qu’il fasse tout ce qu’il peut pour qu’ils recouvrent eux aussi la liberté. Le président a les moyens et les opportunités pour le faire. Nous avons aussi parlé de la Côte d’Ivoire qui doit aller de l’avant, qui doit se parler, qui doit discuter n’est-ce pas Alassane (Rires), pardonnez-moi, n’est-ce pas monsieur le président de la République ? », a déclaré Laurent Gbagbo. Pour les plus sceptiques, c'est de la comédie politique, aucune vérité ne s'en dégage. Par contre à l'expression du visage l'on puis dire que le grand leader qu'il est ne mimait point, mais parlait en toute sincérité et qu'il désire plus que tout la paix dans son pays.

Même son de cloche pour l'actuel président de la République,Alassane Ouattara, qui appelant l'ex président de la République, par son prénom, a dit de lui qu'il était ''un ami'' . Avant de relever dans sa déclaration un fait historique. «Mon cher Laurent, merci beaucoup d’être venu pour cette rencontre que tout le monde demandait d’ailleurs. Les gens ne savent pas que nous nous sommes parlé et que nous sommes des amis depuis des décennies. Cependant, les calendriers et les opportunités nous ont amenés à avoir cette rencontre aujourd’hui. Je dois dire que je suis ravi. Je crois que c’est tout le peuple de Côte d’Ivoire qui attendait cela avec beaucoup d’impatience. Maintenant, c’est chose faite et je voudrais que nous puissions nous féliciter d’avoir eu cette rencontre qui a été cordiale et fraternelle parce que Laurent est mon jeune frère, il est mon ami. Bien sûr, cette crise a créé des divergences mais tout ça, c’est derrière nous. Ce qui importe c’est la Côte d’Ivoire. C’est la paix pour notre pays. C’est d’avancer, d’aller de l’avant pour nous-mêmes et pour les prochaines générations. Je voudrais réitérer mes condoléances à mon frère pour le décès de sa maman et d’Aboudrahamane Sangaré. Tous les deux sont partis alors qu’il était absent du territoire. Je lui ai dit que nous avons une pensée pour eux et nous continuerons de prier pour qu’ils reposent en paix. Une maman, c’est très important pour nous tous. Quand j’ai perdu ma mère alors que j’étais en exil, Laurent Gbagbo a facilité mon retour pour que je puisse rentrer et prendre en charge les funérailles. C’est quelque chose que je ne peux pas oublier. (…) Nous avons parlé de la paix pour notre pays, de la nécessité de renforcer la cohésion nationale, de continuer de renforcer la réconciliation nationale. Nous sommes convenus de nous revoir de temps en temps. Certainement après le mois d’août pour continuer ces entretiens et associer, le moment venu, d’autres personnes. Il est important que les uns et les autres comprennent que nous avons décidé que c’est important de rétablir la confiance. De faire en sorte que les Ivoiriens se réconcilient et se fassent confiance également. Ces évènements ont été douloureux. Il y a eu trop de morts, et nous devons avoir cela derrière nous. Nous devons travailler sur l’avenir sur la réconciliation, sur la cohésion. Nous avons un beau pays et nous sommes d’accord que nous continuerons de travailler ensemble et de faire en sorte que la Côte d’Ivoire continue de progresser et d’aller de l’avant », a fait savoir le Chef de l'État.

La décrispation sera t'elle au rendez-vous ? L'élargissement à d'autres acteurs de la classe politique ivoirienne permettra t'elle de ne plus subir les affres amers de la politique parodie, qu'il nous est souvent donné de constater. Les jours et mois à venir nous situeront. Pour l'heure, les grands esprits se sont rencontrés à Daoukro et au palais présidentiel, attendons donc de voir ce qu'il en résultera.

LORNG Esmel

Content created and supplied by: esmellorngsessdonald (via Opera News )

alassane ouattara côte d'ivoire laurent gbagbo

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires