Sign in
Download Opera News App

 

 

Abadjin-Kouté / Affaire "la chefferie interdit un enterrement" : Akré Camille part enfin dans la dignité

Camille Akré à enfin été enterré dans la dignité


C’est une véritable victoire pour les Tchagba du village d’Abadjin-Kouté. Akré Camille, décédé le mardi 28 décembre 2021 et à qui la chefferie refusait l’enterrement dans le village, a enfin rejoint ses ancêtres dans la dignité. Un corbillard avec sirène est entré dans le village le  samedi 15 janvier, sous les pleurs des parents biologiques, mais et surtout, les cris de guerre des membres de la génération Tchagba. L’enterrement a été réalisé dans le cimetière du village, en bonne et due forme.

Mais les choses n’ont pas été faciles. Comme on le sait déjà, l’enterrement devait avoir lieu le 8 janvier 2022. Mais cela n’a pas été possible du fait de l’opposition de la chefferie. Akré Camille est membre de la génération Tchagba et que les Tchagba sont opposés aux Dougbo pour la succession à la tête de la chefferie du village. Les Dougbo qui occupent la chefferie, sont en fin de règne depuis deux ans. Mais ils s’accrochent au pouvoir au grand dam des Tchagba qui ont engagé une lutte administrative et judiciaire pour imposer le respect des us et coutumes Atchan. Depuis, l’atmosphère est délétère dans le village. M. Djanto Clément, chef résident, avait justifié cette interdiction d’enterrer le mort par ces mots : « Il y a des problèmes dans le village. Des gens ont attiré l’attention de Camille et de sa famille. Maintenant qu’il est mort, sa famille doit présenter des excuses au village avant que l’on procède à l’enterrement ».

Les Tchagba sur la tombe de leur camarade


Pour les Tchagba, la recherche de la paix n’avait pas besoin d’une telle sanction à un mort. Ce faisant, avait indiqué Mobio Norbert, chef guerrier, les Dougbo en rajoutaient à la crise. D’autant que Camille Akré est l’arrière-petit-fils de Kabidjan Biékré, fondateur du site actuel d’Abadjin-Kouté. La hache de guerre déterrée, les autorités politiques et administratives ont dû prendre le taureau par les cornes. Le préfet d’Abidjan a fait appel au sous-préfet de Songon, Guiriga Stéphane, pour lui demander de régler cette situation au plus vite. De son côté, le ministre-gouverneur Beugré Mambé s’est rendu dans le village et a offert la somme de 500.000 FCFA afin d’apaiser les cœurs.

Akré Camille a enfin été enterré sur les terres de ses ancêtres, les Tchagba sont satisfaits, mais la guerre pour le respect des us et coutumes se poursuit. Il ne reste plus qu’à espérer une fin heureuse à cette scabreuse affaire.

Paul D. Tayoro

Content created and supplied by: Paul-D-Tayoro (via Opera News )

Abadjin Akré Camille Kouté Tchagba

COMMENTAIRES

Chargez pour lire plus de commentaires